AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le défi de la Salle sur Demande.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le défi de la Salle sur Demande.   Sam 6 Avr - 15:08

-Lundi 16 septembre
Aux alentours de 23h

En déjà 2 semaines de cours Klaus n'avait toujours pas établie d'escapade nocturne, ce qui était pour le jeune fougueux un énorme exploit. En réalité il se documentait, se renseignait et analysait chaque recoins du collège dans le but de découvrir tout ses secrets.
Il y avait beaucoup d'histoires et de légendes sur les couloirs et les salles du château qui activé le coté aventurier de notre petit prodige, parmi elle l'existence d'une pièce emplie de sucrerie en tout genre ou encore un passage secret menant à Pré-au-Lard en passant par la réserve d'ingrédient magique du professeur de potion.
Tout ces racontars étaient sans doute fondés et Klaus avait bien l'intention d'en percer tout les mystères. Mais l'histoire qui le captivait le plus en ce moment précis, c'était la salle sur demande. Une salle assez impressionnante qui apparaissait à n'importe quelle heure de la journée et n'importe où dans le 7ème étage. Une fois la porte franchie, la notion d'espace n'existait plus et la salle pouvait s'enfoncer dans des kilomètres et des kilomètres dans le château sans en dépasser les murs. Il est aussi raconté qu'elle regorge de secret et change souvent de forme et de nature.
Après mures réflexions, le jeune homme vit en lui une idée fleurir. Si la salle sur demande prenait la forme que Klaus désirait, alors elle prendrait sans doute la forme d'un gigantesque couloir flanqué sur ses extrémités de centaines de portes correspondant à chaque recoins et salles secrète de toute l'école : une véritable aubaine pour le garçon.
Peut être aller il découvrir une salle cachant un trésor exceptionnel ? Tel était la question à laquelle il n'allait pas tardé de répondre.
Il n'eut aucune difficulté à accéder au 7ème étage, à dire vrai il avait trouver un passage secret dissimulé derrière une tapisserie de la tour des Gryffondors. Le passage s'ouvrait lorsque la baguette suivait les motifs de la tapisserie, comme quoi la lecture du livre "L'histoire de Poudlard" pouvait s'avérer pratique. Derrière ce passage secret se trouvait une impasse et il suffisait d'indiquer la destination de l'étage pour que la plateforme descende à une allure folle à l'étage demandé, un petit cadeau que Godric Gryffondor avait dut laisser pour ses futurs disciple. Le seul problème de se raccourcie résidait dans le fait qu'il était à sens unique et qu'il ne pouvait être emprunté que pour descendre.
Une fois arrivé au 7ème étage, le garçon déambula dans les couloirs à la recherche de la salle sur demande. Il s'étonna à trouver des gnomes parcourant de temps en temps les couloirs à la recherche de nourriture abandonné. A la vue de Klaus, ils s'agitaient et couraient dans tout les sens jusqu'à retrouver leur chemin, il faut croire que les gnomes aussi ont leur passage secret.
C'est finalement au bout de 38 longues minutes que le garçon trouva enfin la salle. Il s’arrêta devant la grande porte pour savourer sa victoire. Il déverrouilla la porte avait le sortilège Alohomora puis il pénétra dans la mystérieuse pièce.
Il faisait noir complet. Et le garçon du allumer sa baguette à l'aide d'un Lumos pour pouvoir y voir clair. Cela n’arrangea pas grand chose et il utilisa finalement le sort Incendio pour allumer toute les torches présentes sur les murs autour de lui.
Ce fut un spectacle époustouflant. Rien n'était comme il l'avait prédit, en face de lui la pièce était gigantesque, mais aussi très hostile. Devant Klaus, il y avait un pont en bois visiblement peu solide, en dessous c'était le vide complet et même la lueur de la baguette n'éclairait absolument rien. En s’avançant vers le vieu pont il constatait une plateforme moussue surplombé de statue de Gargouille effrayante. Plus loins, il ne voyait rien : c'était la pénombre la plus totale et il ne pouvait même pas distinguer les limites de la pièce. Il se tourna et remarqua que la porte avait disparus. Il voulait de l'aventure et il allait être servit. Il était seul entre les murs étroit, abimé et vert de mousse et en face d'un pont suspendu sur du vide.
Le jeune sorcier se décida finalement d'avancer quand il entendit un bruit de porte s’ouvrir, il se tourna et put constaté un jeune homme sans doute plus âgé que lui pénétrer dans le petit et étroit couloir où il résidait.
D'un geste rapide il tenta d’empêcher au nouveau venu de refermer la porte, mais c'était trop tard. Klaus n'avait pas était assez rapide et regardé d'un air gêner le septième année.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Cooper

avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 22/01/2013
Année / Emploi : 7e année
Composition de la baguette : ébène, ventricule de dragon, 36 cm, plutôt rigide
Animal de compagnie : aucun


MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Sam 6 Avr - 17:28

Malgré la frustration de ne pas arriver à grand-chose, Jesse aimait de plus en plus les moments qu’il passait avec Louis pour apprendre la legilimencie. Non seulement il était très motivé, chaque jour où il se rendait compte que cette compétence était singulière et particulièrement difficile à appréhender, son désir de la maîtriser augmentait mais en plus, il appréciait réellement la compagnie de Louis. Leurs échanges se limitaient à l’intérêt commun qui les avait rassemblés et Jesse trouvait étrange le fait qu’il apprécie quelqu’un aussi vite mais force était de constater que depuis quelques jours, il attendait ces rencontres avec une certaine envie et une certaine impatience. Bien qu’il ne puisse pas en être sur, le Gryffondor estimait que ses sentiments étaient partagés et que Louis aussi appréciait le temps qu’ils passaient ensemble. Ils se réunissaient plusieurs fois par semaine et parfois s’asseyaient même à coté en cours, pour parler de Legilimencie et parce que ça leur faisait plaisir !

Très vite, pour continuer sur ce rythme et ne pas délaisser les cours et leurs occupations respectives, les deux jeunes hommes avaient du braver le couvre-feu de l’école. Ce lundi, ils avaient donc décidé de se réunir après diner dans la salle sur demande qui était rapidement devenue leur QG. Quand ils étaient ensemble, le temps passait à grande vitesse et quand ils s’inquiétèrent de l’heure, il était près de 23 heures. Ils décidèrent donc d’arrêter une autre séance aux résultats plutôt décevants à cet instant. Ils sortirent de leur cachette de la façon la plus discrète possible, se souhaitèrent bonne nuit quelques mètres plus loin, l’un descendant vers les cachots, l’autre prenant la direction de la tour qui abritait sa salle commune. Mais, après avoir monté quelques marches, Jesse se rendit compte qu’il avait oublié le livre de legilimencie avant de partir ! Il fit demi-tour et retourna devant le mur qui dissimulait l’entrée de la salle sur demande. Il se concentra et la porte apparut, semblable à celle qu’il venait de quitter, quelques minutes auparavant. Il l’ouvrit et fut grandement surpris !

Il ne trouva pas la petite salle confortable et équipée qui se matérialisait toujours quand Louis et lui entraient. Il se retrouvait dans une très grande pièce très sombre. C’était très étrange, Jesse ne comprenait pas pourquoi il se retrouvait-là. Puis il vit une petite lumière à quelques mètres de lui : un garçon un peu plus jeune que lui se trouvait là, sa baguette allumée. Quelqu’un était entré dans la salle sur demande entre le moment où les deux 7ème année l’avaient quittée et le moment où il y avait pénétré à nouveau. Quelle malchance ! D’autant plus pour ce retrouver dans cet endroit lugubre. Le garçon s’avança rapidement vers Jesse, ce qui lui fit faire à son tour un petit mouvement de recul. Ce ne fut que trop tard qu’il s’aperçu que le garçon, qui portait la robe des Gryffondors, essayait simplement de rattraper la porte qui se fermait. Quand Jesse le compris, il eut un petit geste affectif envers son cadet et lui dit calmement :

- Ne t’en fais pas, cette porte se rouvre toujours.

Cela avait en tout cas toujours était le cas, les nombreuses fois où il s’était retrouvé ici depuis sa 4ème année, moment où il avait découvert l’existence de cette salle. Puis intrigué, il demanda au garçon :

- Que cherchais-tu pour qu’on se retrouve dans cet endroit ?

Vraiment, la salle était bizarre. Jamais il ne l'avait vu ainsi, quelque fut ce qu'il avait pu solliciter. Elle était réellement immense. Un vieux pont se trouvait non loin d'eux, comme s'ils avaient été dehors. Encore une fois, Jesse se demanda comment cela pouvait être possible et il était persuadé que tout cela ne présageait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Sam 6 Avr - 21:16

Le garçon avait l'air de croire qu'ils allaient tout deux pouvoir sortir par la porte sans crainte or il redescendit bien vite à la réalité lorsque il comprit que la porte n'était pas juste fermé, mais carrément inexistante. Klaus prit un air blazé puis le nouveau venu lui posa une question fatidique.

" - Que cherchais-tu pour qu’on se retrouve dans cet endroit ?


Klaus le regarda dans les yeux pour lui faire par de toute ses intentions

" - Ben tu vois je suis assez curieux et euh.. Je pensais explorer un peu le château ce soir. Je voulais voir la Salle sur Demande de mes propres yeux, j'étais persuadé qu'elle m'ouvrirai la voie pour toutes les pièces secrète du château le problème... "

Klaus marqua une pose et baissa les yeux, il était en train de vivre une grande désillusion et il n'aimait pas ça.

" - Le problème c'est que ça c'est pas passé comme prévue. Je pense que la salle à vu en moi ma soif d'aventure et qu'elle s'est mise en tête de m'en faire baver jusqu'à la sortie. "

Il releva la tête pour reposer son regard sur l'ainé.

" - Alors j'accepte son défi. Et toi aussi par la même occasion, parce que je suppose que t'as pas bien le choix... "

Klaus se tourna une fois les explications terminé et s'avança lentement vers le pont. Il leva sa baguette et commença à marcher avec prudence sur les planches de bois. De sa main libre il tenait le fil qui faisait office de rampe et fit glisser sa main au fur et à mesure qu'il s'avançait. Arrivé au milieu du chemin, il crut entendre un gémissement étrange, il pensa que son imagination lui jouait des tours et continua sa route jusqu'à la plateforme aux gargouille.
Enfin sortit de l'emprise du pont, Klaus s’avança vers une des gargouilles et la toucha de la baguette. Visiblement elle n'avait pas l'air dangereuse et il ne craignait rien.
Il se tourna à l'adresse de son camarade.

"- C'est bon le pont est solide tu peux venir. Au fait, je m'appelle Klaus Evans je viens d'arriver cette année. "

La traversée du pont était très longue, il s'étalait sur plusieurs mètre et le moindre faux pas pourrait être fatal. Klaus prit la décision de taper un peu la causette avec son équipier, quitte à être coincé ici.

" - J'y pense, pourquoi t'es venu ici toi ? "

C'est vrai, pourquoi ce garçon était il ici à une heure pareille ? A croire que tout les Gryffondors transgressaient les règles de l'école. Et c'est une accusation fondée, depuis son arrivée Klaus avait remarqué une particularité dans chaque maison. Les Gryffondors ont une fâcheuse tendance à contester l'autorité, tout comme les Serpentards. A la différence près que les Gryffons sont plus respectueux et un peu moins borné que ces derniers. Quant aux deux autres maison c'est assez simple, les serdaigles sont peu être les plus coincés mais aussi les plus perspicace et intelligent, alors que les poufsouffles sont de bons vivant. Même si ces faits sont pour la plupart fondés, Klaus n'a pas l'habitude de généralisé et prend par précaution toujours une petite marge de recul sur chaque personne. Parfois il arrive à les cerner et dans ce cas le jeune homme s'aperçoit que les stéréotype sont de mauvaises choses.

Klaus s'impatienta et s'avança vers le milieu de la plateforme. Il était entouré de 4 stautes de gargouille assez imposante. En dehors de la plateforme c'était le vide et Klaus comprit pourquoi il ne distinguait pas les limites de la pièces. La seule issue se situé en face de lui, une grande entrée de plusieurs mètre. Klaus s'en approcha quand il entendit un bruit de craquellement. Immédiatement et instinctivement, il se retourna en direction de la gargouille.

" - Bombarda ! "


La Gargouille ciblé explosa en mille morceau. Les 3 autres s'animèrent et une grille tomba du coté de la porte : ils étaient bloqué avec les monstres.
Même faite de pierre les gargouilles étaient relativement rapide, un d'elle s'approcha de Klaus pour lui asséner un coup de patte, mais le garçon eut le réflexe de prononcer un sort.

" - Protego Maxima ! "

Le sortilège amortit le choc mais le garçon s'envola et s'écrasa contre la grille. Il était cul à terre, dos contre l'impasse : sonné. Il tenta de se relever en vain, se demandant comment il allait réussir à se rétablir à temps avant que le septième année remarque la présence de 3 énormes monstres et soit sans doute pris au dépourvue.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Cooper

avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 22/01/2013
Année / Emploi : 7e année
Composition de la baguette : ébène, ventricule de dragon, 36 cm, plutôt rigide
Animal de compagnie : aucun


MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Lun 8 Avr - 16:14

Jesse s’était souvent entendu dire que les Gryffondors étaient une bande d’arrogants téméraires et trop surs d’eux qui méritaient bien les sales situations dans lesquels ils se mettaient tous seuls. Longtemps, il avait pensé que les gens qui disaient cela n’étaient qu’une bande de jaloux dénoués de courage ou trop timorés pour vivre une vie aventureuse. Depuis quelque temps, il n’était plus très sur. L’aventure, l’adrénaline, ça lui plaisait, ça il ne pouvait pas le renier. Il écouta le jeune homme lui expliquer qu’il venait juste d’arriver à Poudlard, mais qu’il prétendait pouvoir connaître tous les secrets du château en un claquement de doigts et pouvoir utiliser la salle sur demande à sa guise, comme si elle allait répondre à ses désirs les plus fous. Avec un relent d’embarras, il dut admettre que quelques années plus tôt, il n’était pas bien différent de ce garçon. Lorsqu’il avait découvert la salle sur demande, il avait passé des nuits entières, pendant des semaines à tester la salle, dans tous les sens possible, avec son meilleur ami. Discrètement, il caressa les grosses cicatrices qu’il avait dans le dos et baissa les yeux. Quels petits cons ils faisaient ! Et qu’est-ce que ces petits cons lui manquaient ! L’un pour son insouciance, sa joie de vivre. L’autre… Parce qu’un meilleur ami, c’est une partie de soi et que sans lui, on ressent un vide au fond de soi, même quand le chagrin s’estompe…

Jesse se retourna et découvrit que la porte de la salle sur demande avait disparut. Interloqué, le jeune homme resta figé quelques secondes : comment avait-il bien pu entrer dans cette salle sans savoir ce qu’il y avait à l’intérieur ? Et depuis quand la porte disparaissait ? Comment la salle avait pu se transformer ainsi ?

- Alors j'accepte son défi. Et toi aussi par la même occasion, parce que je suppose que t'as pas bien le choix...

Le 7ème année émit un petit bruit, mélange d’un rire nerveux et d’un grognement de désapprobation. En effet, il n’avait pas l’air d’avoir le choix mais il n’avait aucune envie d’être coincé ici à devoir se confronter à un danger inconnu avec un petit un peu trop arrogant et en qui il n’avait pas vraiment confiance.

Pendant que le garçon avançait vers le pont, Jesse se retourna, espérant sans trop d’espoir pouvoir rouvrir la porte. Comme de l’autre coté du mur, il passa 3 fois devant en pensant très fort à ce qu’il souhaiter. La porte ne réapparut pas. Sa baguette à la main, il tapota le mur froid et humide en murmurant deux trois formules dont il avait vaguement le souvenir mais du rapidement se résoudre : il ne savait pas vraiment ce qu’il faisait et ça ne fonctionnerait probablement pas. Puis son compagnon lui cria, de l’autre coté du pont :

- C'est bon le pont est solide tu peux venir.

Jesse se dit que c’était vraiment la dernière chose qu’il avait envie de faire, fatigué de sa séance de legilimencie avec Louis. Mais apparemment il se trompait ; l’autre voulait parler et lui demanda :

- J'y pense, pourquoi t'es venu ici toi ?

- Je cherchais quelque chose, lui répondit-il, ses activités nocturnes ne concernant personne d’autre que lui. Puis il se présenta à son tour:

- Moi c'est Jesse, je suis en 7ème année.

Pendant ce temps, il entendit un très faible gémissement. Klaus avait aussi l’air de l’avoir entendu, car pendant un quart de seconde, il se figea. Jesse alluma donc lui aussi sa baguette puis fit sortir son fidèle patronus. Le tigre majestueux s’avança rapidement vers le pont, en direction de l’autre garçon. A contrecœur, Jesse suivi, un peu en retrait, essayant d’observer la scène qui se dessinait sous ses yeux au fur et à mesure que le félin avançait, diffusant sa belle lumière blanche. La pièce était très grande et la lumière ne la rendait pas guère moins morbide. Tout était très noir et sentait le moisi comme si l’humidité stagnait ici depuis un long moment. Sous ses pieds, se mélangeait de la terre assez boueuse, de l’herbe verte et glissante et quelques cailloux sombres.

Klaus était arrivé de l’autre coté du pont et se trouvait maintenant entouré de 4 grandes gargouilles, sculptées dans la même pierre foncée que celle que l’on pouvait apercevoir au sol. Tout à coup, un bruit important se fit entendre, et Klaus hurla un sort qui fit exploser une statue. Jesse se rendit compte que le bruit qu’il avait entendu était celui de la pierre qui craquelle, celui des statues qui se mettaient à bouger. Il accéléra le pas mais il n’était pas à moitié du pont que Klaus était déjà à terre encerclé entre une grille et 3 gargouilles menaçantes. La scène fut très difficile pour Jesse, non par peur du danger, ou parce qu’il n’était pas capable de lutter contre ces gargouilles, s’il y avait bien une matière dans laquelle il excellait, c’était la défense contre les forces du mal et, malheureusement, il avait un peu d’expérience dans ce domaine. Mais le jeune homme caressa une nouvelle fois les cicatrices de son dos, presque machinalement… Depuis ce jour, il avait évité de se confronter à tout danger réel. Ses seules altercations avaient été sur le terrain de Quiddicth ou contre de petits voyous sadiques comme Oli Hewlett. Il ralenti le pas, pris de panique. Pendant quelques secondes il ne sut que faire. Son patronus, arrivé sur la plateforme de l’autre coté du pont, se retourna, lui aussi coupé dans son élan. Le pont précaire sur lequel il se trouvait ne l’aidait pas non plus. Le 7ème année fit quelques pas en avant, puis s’arrêta de nouveau. Seul un cri de Klaus, le ramena à lui : il fallait qu’il fasse quelque chose, sinon ça allait mal se terminer pour le 5ème année. Trop loin pour agir, il envoya le tigre à l’attaque des gargouilles. Ce n’était pas l’arme idéale pour se battre contre des statues mais ça les repousserait le temps qu’il réfléchisse à son prochain mouvement.

Ne sachant trop ce qu’ils auraient à faire, Jesse jugea que le mieux serait de les figer à nouveau. Alors qu’il se remis à courir, il hurla "Petrificus totalus" en direction de la statue la plus proche de Klaus. Il n’avait jamais essayé cette formule sur un objet en pierre mais vu qu’elles s’étaient animées, il y avait de fortes chances que ça fonctionne. Pourtant la formule n’atteint pas la statue. Il devait être trop loin. Jesse continua donc à courir aussi vite qu’il le pouvait sur le pont branlant sur lequel il se trouvait en criant cette formule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Lun 8 Avr - 17:13

A la clarté du majestueux patronus félin, Klaus pensait rêver. Un septième année - un Gryffondor en plus - était en train d’hésiter pour venir le secourir. Le garçon venait d’assister à la pratique d'un sort relativement difficile de la part de Jesse, et celui ci n'était même pas capable de réaliser un sort correcte contre une de ces menaçantes statues animées. Utiliser le sort de saucisson contre une statue ? Et puis quoi encore.

La main droite de Klaus commençait à lui bruler. Cela provenait de sa baguette, elle avait sentit une opportunité de montrer à quelqu'un de quoi elle était capable, elle et son maitre. Cette fâcheuse habitude avait le mérite d'énerver Klaus de manière assez impressionnante. Quoi qu'on en dise, cela avait aussi le mérite de mettre un coup de boost au garçon qui était par la suite, poussé par la colère. La gargouille qui avait été la cible du sort de Jesse se retourna dans sa direction, puis fut assaillit par le patronus du septième année.
Les deux autre étaient cantonnées à Klaus et l'une d'elles prit même le partie de l'attaquer au sol. Le jeune homme pointa sa baguette en direction de son assaillant en murmurant le sortilège d'entrave "Impedimenta". La statue vit son action se ralentir, si bien que Klaus put d'un bond se relever et se faufiler derrière elle.

Klaus esquiva un coup de patte de la seconde statue puis réprimanda son ainé.

" - Le sortilège de saucisson... "

Klaus établit une nouvelle esquive.

" - C'est utile sur les humains, pas sur les objets enchantée ! "

Cette fois ci il esquiva de justesse et sauta sur le coté de la statue, de sorte à se qu'il soit face au vide et elle dos au vide...

" - C'est quand même un truc rudimentaire... EXPULSO ! "

La gargouille s'envola dans les méandres des ténèbres. On ne l'entendit même pas s'écraser.
L'action de Klaus avait été remarquable et le seul problème c'est qu'en se retournant il n'avait pas prit en compte le fait que la statue entravée n'était peut être plus entravé...
A peine Klaus avait tourné les talons qu'il se prit de plein fouet un coup de la gargouille dans l'épaule. Il s'envola lui aussi, à la limite de tomber dans le vide.
Heureusement que le monstre l'avait atteint à l'épaule et pas autre part, c'est une partie assez résistante du corps, malgré le fait qu'elle soit surement endommagée . Il se tordait de douleur alors que son agresseur partait en direction de Jesse. La blessure lui avait remis les idée en place et l'avait apaisé. Il se jura de se punir d'une quelconque façon pour la manière dont il avait parlé à Jesse sans même le connaitre. Il mit ceci sur le compte de l'énervement, néanmoins peu fière de ses dires.


[Un peu court désolé, mais bon c'est un combat alors...]


Dernière édition par Klaus Evans le Mer 10 Avr - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Cooper

avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 22/01/2013
Année / Emploi : 7e année
Composition de la baguette : ébène, ventricule de dragon, 36 cm, plutôt rigide
Animal de compagnie : aucun


MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Mar 9 Avr - 14:32

Jesse continua son avancée sur le vieux pont et arriva sur la plateforme où se trouvaient Klaus et les statues au moment où son tigre s’attaqua à la gargouille qu’il avait visé avec son sort, à plusieurs reprises, sans succès. Il fut surpris de voir son visage également illuminé faisant écho au bras de pierre qui se dirigeait vers lui. Le jeune homme dut se rendre à l’évidence : le sort de pétrifaction n’avait pas l’air de fonctionner sur ces objets de pierre, aussi animés soient-ils. Ou peut-être étaient-ils trop lourds pour lui ? Ils l’étaient plus que certains petits morveux de Serpentard mais quand même, le Gryffondor maîtrisaient bien ce sort pour l’avoir déjà utilisé dans diverses occasions.

A ce moment-là, alors qu’il se faufilait entre les deux autres statues et esquivait leurs attaques, Klaus cria :

- Le sortilège de saucisson... C'est utile sur les humains, pas sur les objets enchantés !

Les gargouilles se montrant de plus en plus menaçantes envers le 5ème année, Jesse se résolu à agir de façon plus drastique, même s’il n’était pas persuadé que dans des circonstances plus simples, ça aurait pu fonctionner. Il se dit même que c’est quelque chose qu’il devrait demander au professeur de défense contre les forces du mal. Mais pour l’instant, il devait agir. Tant pis, ils réfléchiraient après. Le jeune homme respira un bon coût, cherchant à chasser ses mauvaises pensées de son esprit, il n’avait pas de temps pour elles. Il considéra l’utilisation du sortilège d’explosion mais eu peur des dommages collatéraux et lui préféra finalement le sortilège Cracbadabum. N’étant pas du tout certain que ce sortilège fonctionnerait sur un objet aussi lourd, il préféra commencer par un sortilège d’allégement qui rendit son attaque beaucoup plus efficace : il brisa la gargouille qui s’avançait vers lui toujours prise d’assaut par le tigre lumineux. Les morceaux tombèrent au sol dans un mouvement presque poétique du à la réduction de leur poids par le sortilège précédent, comme s’ils avaient été un décor de cinéma réalisé en polystyrène.

Sans attendre, Jesse se retourna. Klaus venait d’envoyer une des gargouilles qui l’encerclaient dans l’ombre de la grande pièce mais à peine eut-il le temps de souffler que la première statue qu’il avait rejeté s’était relevée et fonça droit dans l’adolescent, le touchant à l’épaule et l’envoyant voler quelques mètres plus loin. Le temps que le 5ème année reprenne ses esprits, elle pouvait l’écraser. Jesse lança le premier sort qui lui passa par la tête pour attirer la statue vers lui et s’entendit prononcer Aguamenti. L’eau qui jaillit de sa baguette percuta la statue qui se retourna vers le 7ème année. Toujours dans l’espoir de comprendre ce qu’étaient ces statues, le jeune homme décida donc d’immobiliser celle qui l’attaquait maintenant en utilisant une combinaison plutôt particulière. Beaucoup auraient pu trouver cela complètement loufoque mais son imagination avait toujours fait la force de Jesse. Il envoya donc un sortilège de chaînes enchantées suivi de celui de glue perpétuelle pour s’assurer que la statue ne se déferait pas facilement de ses liens. Cette dernière, déséquilibrée par les sorts, tomba à la renverse.

Jesse profita de quelques instants de répit donnés par le tigre qui se battait avec la dernière statue pour aider Klaus à se remettre debout et à reprendre sa baguette en main, le patronus ne pouvant pas contenir son ennemi bien longtemps. L’adolescent avait l’air sonné et souffrant mais sérieusement décidé à en finir avec tout cela. Le 7ème année lui fit donc un sourire plutôt bienveillant qui se voulait rassurant et encourageant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Mer 10 Avr - 12:34

Il fallait croire que Klaus avait mal jugé son coéquipier. Il était très dégourdie et original dans la composition de sa tactique. Il était même plutôt sympa et malgré le ton désagréable que Klaus avait prit avec lui, il ne semblait pas affecté. Même compréhensif.
Klaus eut un petit rire en baissant la tête pour répondre au sourire de Jesse et de sa main gauche, utilisa le sortilège d'explosion pour réduire à l'état de poussière la dernière gargouille en état de combattre (touchant par la même occasion le patronus, sans le faire expré). Klaus se redressa en position assise et regarda le septième années en se tenant le bras endommagé.

" - Excuse moi pour tout à l'heure. Ma baguette est très... exigeante et elle a tendance à me mettre la pression à mort. "

Klaus se releva tant bien que mal, l'épaule résolument en vrac.

" - Je crois que je me suis fait complétement détruire l'épaule... "

Klaus regarda la gargouille ensorcelé et incapable de bouger avec un air de dégout. Il n'avait même pas envie de l'achever, si c'est comme ça que l'on peux dire pour une statue enchantée. Il chercha dans sa tête un sort capable de rétablir son bras et se rappela un cour de sortilège où le professeur avait bien précisé que la réalisation d'un sort de soin était quelque chose de très difficile et qu'il valait mieux pour leur niveau se résoudre à de simple potion basique. Bien entendu, le jeune homme n'avait pas de potion sur lui malgré son gout prononcé pour la matière.
Il se rappela soudain qu'il était en présence d'un élève bien plus âgé que lui, qui avait visiblement l'air plutôt doué. Il se tourna avec un sourire en coin.

" - Dis moi, tu connaitrais pas un sort de soin par hasard ? Je pense pas avoir l'épaule cassé, ça doit être faisable à ton niveau. "


Oui, un septième année saurait surement s'y faire.
En attendant la réponse de Jesse, Klaus repensa à l'hésitation qui fit tressaillir son coéquipier. Il mit de coté l'erreur qu'il avait commise et analysa sa réaction. Klaus, était de ces jeunes gens qui arrivait facilement à cerner les autres. Attentif sans l’être c'était une arme redoutable et un puissant allié. Peut être que Jesse avait peur des gargouilles ou il était tout simplement lâche. Bien que cette possibilité ne traversa que très peu l'esprit de Klaus qui se douta qu'il n'aurait jamais intégré les Gryffondors sans une once de courage. Et puis de toute façon, on voyait bien que le jeune homme avait fait preuve de témérité en volant à la rescousse de Klaus malgré sa réticence.
Alors pourquoi reculer devant de simple Statue animé ? Il est clair que les deux jeunes gens avait un niveau assez impressionnant en terme de défense et que s'ils avaient été parfaitement coordonnés ils n'auraient fait qu'une bouchée de ces pseudos monstres.
Klaus comprit assez vite finalement. Il pensait que Jesse avait fait preuve d'un certain traumatisme.
Ce n'est pas dans les coutumes de Klaus d'attendre de trouver une réponse sans tout faire pour la percer au préalable. Ce n'était aussi pas dans ses habitudes de passer par quatre chemin pour avoir ou savoir ce qu'il veux. Dénué de tout ce qui pourrait s'apparenter à du tact, le jeune homme mettait très souvent les gens concerné mal à l'aise.

[Après la réaction de Jesse concernant le sort de soin]

Il regarda Jesse dans les yeux d'un air insistant et lui posa une question.

" - Pourquoi t'as hésité tout à l'heure ? "

Cette fois ci, il n'avait pas l'air menaçant, le ton était plutôt neutre et même assez inexpressif. C'était pour l'adolescent une question comme une autre, auquel il attendait une réponse précise et à la hauteur de ses attentes.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Cooper

avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 22/01/2013
Année / Emploi : 7e année
Composition de la baguette : ébène, ventricule de dragon, 36 cm, plutôt rigide
Animal de compagnie : aucun


MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Ven 12 Avr - 12:32

En ce relevant, Klaus fit exploser la dernière statue. Ils étaient maintenant tranquilles et Jesse était soulagé. Se battre contre une force inconnue le mettait mal à l’aise. Il est toujours plus facile de se défendre et d’attaquer quand on sait contre qui ou quoi on se bat. Là, il n’avait aucune idée de ce qu’ils étaient sensés faire et bien qu’ils se trouvaient à l’intérieur de Poudlard, le jeune homme n’était pas serein.

Klaus s’excusa, Jesse n’avait pas vraiment idée de ce pour quoi il s’excusait, il était contrarié de s’être fait embarqué dans cette aventure mais pensait sincèrement qu’il n’y avait pas lieu de s’excuser pour ce que l’on fait dans un combat, les situations extrêmes poussant souvent à des réactions extrêmes ou mal maîtrisées. Puis le 5ème se releva. Il avait mal à l’épaule et en effet, celle-ci n’avait pas l’air très bien.

Klaus demanda alors :

- Dis moi, tu connaîtrais pas un sort de soin par hasard ? Je pense pas avoir l'épaule cassé, ça doit être faisable à ton niveau.

Avec un petit sourire, Jesse se rappela les nombreuses fois où l’infirmière ou un professeur lui avait réparé un bras ou une épaule. A force, il avait même appris le geste de la main à faire. Seul problème : il ne l’avait jamais pratiqué.

- Oui, je sais quel sort pourrait réparer ton épaule. Mais c’est à tes risques et périls, parce que je ne l’ai jamais pratiqué sur quelqu’un.

Le ton du 7ème année se voulait réconfortant même si les perspectives ne l’étaient pas. Bien sur, il était plutôt à l’aise avec les sortilèges en général et ne doutait pas pouvoir y arriver mais ça, Klaus ne pouvait pas le savoir. Celui-ci avait d’ailleurs l’air pensif. Quelques secondes passèrent pendant lesquelles aucun d’entre eux ne parla. Jesse en profita pour scruter rapidement la salle dans laquelle ils se trouvaient. Automatiquement, son tigre reformé après avoir été atteint d’un sort, avança. Les statues étaient toujours là où ils les avaient laissées. Le parvis herbeux et boueux sur lequel ils se trouvaient continuait encore quelques centaines de mètres et malgré l’obscurité, Jesse distingua une grande porte au fond. Il la regarda avec soulagement. Les cotés de la salle par contre restaient indubitablement plongés dans la pénombre. Le jeune homme n’y distinguait rien.

Alors, Klaus enleva sa robe. Sans rien dire, Jesse compris qu’il voulait essayer le sort. Ce dernier se concentra. Il ne pouvait pas se permettre d’abîmer plus l’épaule du 5ème année alors qu’il ne savait même pas où ils se trouvaient. Dans sa tête il repassa par deux fois le mouvement à effectuer et la formule à dicter. Le blessé le regardait avec insistance et ne l’aidait à se focaliser sur sa tâche. Pour couronner le tout il lui demanda :

- Pourquoi t'as hésité tout à l'heure ?

Jesse fit de son mieux pour rester de marbre. Il ne pensait plus du tout à l’épaule à réparer. Mais il n’avait aucune envie de penser ou de parler de ses blessures. Il répondit simplement :

- J’ai eu un peu le vertige.

Ce qui n’était pas complètement faux, Jesse n’était pas forcément à l’aise au dessus du vide sur un pont branlant. Pas assez pour le retenir de cette façon, mais ça, ce n’était pas important pour l’instant. Ce n’était pas le moment de faire douter Klaus et de lui expliquer qu’il n’avait pas envie de parler. Puis pour couper court à la conversation il continua :

- Essaye de rester droit et de ne pas parler le temps que je te soigne.

Le 7ème année se concentra à nouveau, inspira profondément puis prononça la formule en faisant un petit cercle vers la gauche avec sa longue baguette. Episkey. Heureusement, le sortilège eu l’air de fonctionner, Klaus bougea son bras avec un sourire de satisfaction. Une bonne chose de faite. Sur un ton plus entraînant, il ajouta donc :

- Ca a l’air d’aller ? C’est une bonne nouvelle ! Allez, essayons de sortir de là maintenant ! Il y a une porte au fond, dit-il en pointant vers celle-ci.

Sans même attendre une réponse, Jesse avança à pas déterminés. Le jeune homme avait bien l’intention de ne pas attendre une autre question de Klaus et de rentrer se coucher rapidement. Les deux élèves avancèrent donc d’un pas résolu tout en restant prudent jusqu’à la grande porte au fond de la salle. Ils ne rencontrèrent pas d’obstacles, même si quelques bruits pas rassurants pouvaient se faire entendre. Ils étaient toujours accompagnés du majestueux patronus de Jesse. Bien qu’il n’y ait plus de danger apparent et surtout pas de détracteurs, le jeune homme aimait l’avoir près de lui, il se sentait plus en sécurité quand il était là. D’ailleurs, c’était lui qui l'avait sauvé dans l’altercation avec le loup-garou qui avait coûté la vie à William. La bête ne s’attendait pas à voir sortir une si beau et puissant animal de la baguette d’un gamin de 15 ans. C’était un sort qu’il avait maîtrisé relativement jeune. Dès qu’il avait appris à jeter le sort en cours de défense, il n’avait cessé de s’entraîner jusqu’à obtenir un animal parfait. En plus, il éprouvait un peu de fierté d’avoir un si bel animal à ses cotés.

Bientôt, les deux jeunes hommes arrivèrent au pied de la grande porte au fond de la salle – si on pouvait toujours appeler cela une salle. Celle-ci avait une poignée que ni l’un, ni l’autre des deux garçons ne put tirer. Même leur force combinée ne fut pas suffisante. Alors, ils scrutèrent les environs, à la recherche d’un interrupteur ou d’un indice quelconque. Sur la gauche de la porte, un petit chemin repartait en arrière mais en descendant cette fois-ci dans l’obscurité du coté de la pièce. L’entrée du chemin était entourée de quelques petits sapins et de rochers de la même couleur que les statues qu’ils venaient de vaincre. Le passage était étroit et plutôt lugubre. Sur la droite de la grande porte se trouvait une sorte de table sur 3 pieds avec un plateau rond, légèrement enfoncé. Au fond un signe celtique était délicatement taillé. Aucun autre signe distinctif ne s’y voyait. Jesse examina l’objet. Il rempli le plateau d’eau puis essaya de le lever : il le fit se déplacer devant la porte, tourner sur lui-même, le reposa sur les pieds. Il essaya même d’y appuyer sa main. Rien ne se produisit. A ce moment-là Klaus le rejoint. Il lui dit :

- Ce truc n’a pas l’air là par hasard, mais je ne trouve pas comment il pourrait fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Lun 15 Avr - 15:03

Le vertige ? N'importe quoi. Le jeune sorcier n'était pas totalement imbécile et avait vite comprit que quelque chose ne tournait pas rond dans cette histoire de vertige. Cependant il n'en rajouta pas. Chose étrange de la part de Klaus qui avait pour formelle habitude de n'avoir aucune gêne concernant les questions intimes, délicates et parfois déplacés. Ce qui avait tendance à le mettre dans bien des situations désagréable.
Concernant la blessure, il s'en remit totalement à Jesse qui malgré sa modestie se débrouillait très bien. Le cinquième année ne manqua pas retenir la formule qui pourrait sans doute s'avérer utile dans un future proche - pensait il - et douloureux. Il fit des moulinets avec son épaule neuve et fut même plutôt épaté du résultat. Il sourit à Jesse avec un air de vainqueur et le remercia : c'était du bon boulot. La pensée de Klaus avait tendance à passer du coq à l’âne et c'est exactement ce qui se produisit à l'instant.
Le patronus. C'était vraiment un sortilège qui avait la classe et puis l'adolescent ne savait absolument pas quel animal sortira de sa baguette magique une fois le sort correctement lancé (ce qui commençait de plus en plus à l'intriguer). Il y pensait, retournait la question en boucle sans avoir une réponse satisfaisante. Il se contentait donc de se taire et de suivre Jesse d'un air rêveur.
Enfin arrivé au bout du chemin, Jesse et Klaus croisèrent une énorme porte métallique. Elle possédait de nombreux renforcement et les gonds était relié à une sorte de mécanisme fantaisiste.
La poignet ne servait à rien, à part à décourager les deux jeunes gens qui avait tout tentés pour essayer de l'ouvrir, en vain. Klaus eut un instant d'agacement, puis il se tourna vers Jesse qui venait de trouver quelque chose. Une table, au milieu de la pseudo pièce surplombé (plombé même...) d'un plateau d'argent frapper d'un étrange signe.
Klaus observa le septième année en train de tenter de résoudre une éventuelle énigme sans grand succès apparent. Il se mit à rire, ils étaient tout deux bloqué ici et le jeune homme arrivait quand même à trouver la situation cocasse, encore un trait de son caractère optimiste. Il ne tenta même pas de résoudre l'énigme car ce n'est absolument pas son truc. Il se tourna plutôt vers le chemin qui s’enfonçait dans le sol et l'approcha avec prudence. Il sentit immédiatement une sensation de chaleur très forte. Le renfoncement menait inéluctablement vers une source de chaleur évidente.
Klaus tourna les talons en direction de Jesse, peut être fallait il descendre en ce lieu avant ?

" - Jesse, je crois qu'il faut qu'on descende. Y'a un truc de chaud en bas... "

Klaus n'attendit pas la réponse de son ainé pour descendre les escaliers, éclairé par sa baguette.
La clarté émise par sa coéquipière fut rapidement remplacé par une lueur orangé. Arrivé en bas, Klaus constata qu'il était en fait sur un ilot entouré de lave. Le seul moyen d'avancer était visiblement de sauter sur des petites plateformes semblable à de la roche qui flottait sur la lave. Le "chemin" formé de petites plateforme était assez long et progressé en cercle autour de l'ilot jusqu'à attendre un autre ilot en face de celui d'où venait Klaus. Sur cet ilot, il y avait deux plaque au sol où était dessiné un deux signe semblable à celui sur le plateau. " Il faut qu'ont se placent dessus " pensa il instinctivement en commençant à sauter sur les roches flottante. Le danger était grand et Klaus n'avait pas pensé à ce que Jesse allait dire...
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Cooper

avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 22/01/2013
Année / Emploi : 7e année
Composition de la baguette : ébène, ventricule de dragon, 36 cm, plutôt rigide
Animal de compagnie : aucun


MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   Mar 23 Avr - 13:29

Alors que Jesse continuait de chercher une façon d’activer le présentoir qui se trouvait devant lui, Klaus continua son chemin vers la gauche de la grande porte qui leur barrait le chemin. Le 7ème année la regarda et son esprit divagua : il imaginait déjà le couloir par lequel ils étaient entrés réapparaître derrière celle-ci. Il était las de cette situation, fatigué par sa séance de légilimencie. Un instant envahi par le sentiment chaleureux de retrouver son oreiller, le jeune homme reporta vite son attention sur l’objet qu’il tentait de faire fonctionner mais ne pensa à aucune formule intéressante à essayer.

Klaus, déjà engagé sur le petit chemin qui descendait sous la plateforme sur laquelle ils avaient marché lui dit :

- Jesse, je crois qu'il faut qu'on descende. Y'a un truc de chaud en bas...

Un truc chaud ? La chaleur des profondeurs de la terre, même au 7ème étage d’un château bien protégé, ça ne valait souvent rien de bon. De toutes les histoires moldues ou sorcières, ça finissait souvent en flammes de dragons ou magma brûlant.
Le 5ème année avait déjà avancé sur le petit chemin quand il avait dit cela et Jesse ne voyait plus que sa tête. Clairement inefficace dans sa recherche d’une solution en rapport avec la table en pierre, Jesse décida de le suivre. En plus, si cette source de chaleur était un aussi bon présage qu’il l’attendait, il valait mieux être 2 pour faire fasse au prochain obstacle qui se dresserait sur leur route.

Son patronus juste devant lui, le jeune homme pris donc le petit sentier escarpé, assez raide pour les obliger à être prudents en avançant. Des sapins continuaient de border le chemin et une forte odeur de sève chatouillait les narines des 2 élèves. Le sol était fait de mousse mais l'humidité de la plateforme ne se faisait plus sentir. Au contraire, le sol était sec et même les sapins n'étaient pas très verts.

Les 2 garçons n’avaient pas fait ce que Jesse jugea à peine 200 mètres quand leurs baguettes et le tigre cessèrent d’être les uniques sources de lumière. A cet endroit, la pente du petit chemin s’adoucissait. Au détour de grands sapins, ils se retrouvèrent devant une berge. De la lave s’étendait sous leurs pieds. Jesse regarda en l’air, ne comprenant pas pourquoi ils n’avaient pas vu cela d’en haut mais il ne voyait quasiment rien et avait l’impression d’être un peu abrité. Mais avant même que le 7ème année ait eu le temps d’analyser l’espace, Klaus avait déjà sauté sur les premiers monticules de terre ferme qui ressortaient de la lave et qui le dirigeaient vers un îlot plus grand sur le sol duquel étaient disposées des sortes de plaques.

Le 5ème année était complètement inconscient pensa Jesse. Cet endroit était extrêmement bizarre et les petites plateformes de terre qui formaient le chemin étaient trop régulières pour être naturelles. Le 7ème année attendit donc que son camarade soit arrivé au bout du parcours et qu’il explore un peu l’îlot pour quitter à son tour la terre ferme. Il ne connaissait pas de sortilège qui puisse les protéger de ce genre de situations, ou même lui permettre de comprendre où ils se trouvaient ou le type de danger auquel ils pourraient avoir à faire.

La traversée fut très dure pour Jesse car il faisait très chaud au dessus de la lave, comme s’il avait été en plein désert. Arrivé de l’autre coté, il s’aspergea le visage d’eau et eut besoin de quelques secondes pour reprendre ses esprits. Heureusement, il avait déjà été plusieurs fois en Iran l’été, chez ses grands-parents et il était habitué aux chaleurs fortes.

Une fois en meilleure condition, Jesse se rapprocha de Klaus qui examinait les 2 plaques au sol. Il y découvrit le même signe que sur le présentoir devant la grande porte. Les objets devaient être liés mais ces plaques n’avaient pas l’air de vouloir s’ouvrir.


[HRP: encore désolée pour le temps de réponse, j'ai eu une semaine très chargée; j'ai pas trop avancé, je le ferais au prochain tour ;)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le défi de la Salle sur Demande.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le défi de la Salle sur Demande.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salle sur Demande
» Un étonnant cours particulier (PV Isabella) [Salle sur demande]
» demande d'accès à la salle des conseils des honnorables du M
» Demande d'ouverture de salle
» La Salle du Feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aiguise Méninges :: Poudlard et ses environs ::   :: La salle sur demande-
Sauter vers: