AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~

Aller en bas 
AuteurMessage
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Jeu 25 Avr - 6:45

Samedi 22 Septembre 1991, vers15h00

Je trainais avec ma bande de sang-purs de Serpentard au deuxième étage, critiquant et effrayant les pauvres élèves isolés qui avaient le malheur de passer par là. Ah, comme passer un moment à traumatiser les innocents pouvait se révéler joussif ! J'étais en train de rabaisser un Poufsouffle (quels soumis ceux-là !) de première année, lui imposant de s'agenouiller devant moi et de me faire toute sortes de compliments (ce qu'il,
terrorisé, s'empressa de faire), quand une fiente de pigeon tomba (encore une fois !) sur mon doigt, que je tendais, menaçant, en direction de ma victime.

Si le directeur n'avait pas juré de nous infliger une perte de 50points pour notre maison et un même nombre de retenue si nous touchions à ces stupides volatiles, je me serais sans doute fait un malin plaisir à le torturer, lui arracher les yeux et le bec, le plumer vif, lui faire sortir tous ses boyaux de son abdomen, et j'en passe... (à ses pensées, je ne pus m'empêcher de faire un petit rire sadique)
Hélas ! Je dû me contenter de leur jeter quelques insultes (que par soucis de politesse je ne pourrais répéter ici), et de foncer aux toilettes les plus proches (qui étaient les toilettes desaffectés du collège) afin de limiter les dégâts.

Je me lavais les mains soigneusement, vidant pratiquement la bouteille de savon (pourquoi y avait-il donc du savon dans des toilettes abandonnés ?) sur mes doigts, afin d'enlever la mauvaise odeur.
Tout à coup, j'entendis des bruits de pas dans mon dos. Étrange... Je me retournais rapidement, et j'apperçus une bande de grosses brutes de Serdaigle, que je connaissais pour les avoir déjà humiliés en public plusieurs fois.

Lorsqu'ils virent que j'étais seule et vulnérable, un grand sourire menaçant éclaira leur visage, et ils s'empressèrent de me rejoindre à grands pas, baguette à la main.
J'ouvris de grands yeux, et essayant de ne pas leur montrer que j'étais effrayée et destabilisée je dis d'une voix nonchalante :
"Tiens, 'faut croire que ces toilettes ne sont pas si desaffectées que ce qu'on dit..."
Le groupe de Serdaigle se contenta de ricaner avant d'ajouter :
"Alors Bridgestone, on se promène seule dans les couloirs ? Tu devrais pourtant savoir qu'avec tout ce que tu dis et fais, tu n'es pas totalement en sécurité entre ces murs..."
Je répondis, un sourire arrogant aux lèvres :
"La petite Bridgestone sait parfaitement se défendre seule, vous savez ? Beaucoup ici me craignent, et ce n'est pas dû seulement à mon sang parfaitement pur et à ma famille noble et riche, vous voulez que je vous montre la véritable puissance ?"

Aïe, mais pourquoi j'avais répondu ça moi ? Je savais que j'étais très habile en sortilèges et maléfices, et que je pouvais parfaitement me défendre, mais j'étais seule, et eux ils étaient au moins vingt ! (bon d'accord, ils n'étaient que cinq, mais même, ils faisaient tout de même une tête de plus que moi !)
J'inspirai profondément, empoignai ma baguette, la serrant très fort dans ma main, et jetai un regard enflammé à mes agresseurs, toujours un petit sourire arrogant aux lèvres.
Les brutes s'approcherent encore de moi, ricanant méchamment avec un rictus carnassier :
"Quel effet ça fait Bridgestone d'être la proie, pour une fois ?"
J'eus un petit rire froid :
"La proie n'est peut-être pas celle que vous croyez être, bande d'idiots !"

La suite des événements se déroula à un vitesse phénoménale. Ni une ni deux, je lançai le sortilège Bombarda en leur direction, faisant exploser les lavabos qui se tenaient derrière eux. Leur concentration se dirigea, comme je l'avais prévu, vers l'eau qui coulait et inondait le sol, ce qui me permit d'enchaîner sur un deuxième maléfice, dirigé cette fois sur les Serdaigle eux-mêmes.
Impedimenta !, m'écriai-je, entraînant la chute de la brute la plus proche de moi.

Lançant un petit cri victorieux, je ne vis pas le maléfice Locomotor Wibbly qui m'atteignit en pleine poire, qui rendit mes jambes flageolantes et me fis chuter à terre. Après avoir lancé le contre-sort, je me relevai, mes yeux lançant des flammes en leur direction. Ils voulaient la guerre ? Ils l'auraient !
Utilisant les techniques apprises à Durmstrang l'année dernière, je lançai un Diffindo en leur direction, qui leur coupa superficiellement la peau, suivi d'un flamboyant et malefique ulnus Refricare, qui infligea une douleur cuisante à leurs plaies et empêchait leur cicatrisation. Un sourire effrayant au lèvres, je savais que j'avais gagné. J'avais certes utilisé un sortilège de magie noire, mais où était le mal ? Il n'était pas impardonnable que je sache, et cette forme de magie était beaucoup plus puissante que la magie blanche, et me permettait d'affirmer ma puissance à ces imbéciles de Serdaigle.

Je fis un sourire victorieux, avant de tourner les talons et fuir mes adversaires. Hélas ! J'aurais dû apprendre depuis longtemps qu'il ne fallait jamais tourner le dos à ses ennemis, et ces derniers en profitèrent pour me lancer le maléfice du saucisson, qui m'immobilisa au sol. Je vis ma baguette rouler par terre et m'échapper. J'étais maintenant seule, vulnérable et totalement desarmée.

Ces caïds profitant de ma faiblesse se rapprochèrent. Leur sortilège m'avait rendue totalement immobile au sol, je ne pouvais plus bouger, plus parler, plus crier.
Je ne pouvais que leur lancer des regards furieux, leur montrant que je me vengerais d'eux dès que je le pourrai.
L'un deux me saisit par me col de ma chemise, ricanant :
"Bridgestone, sale vipère, tu vas voir ce que c'est de souffrir et de se faire martyriser !"
Il me frappa. Au visage. Plusieurs fois de suite.
J'étais totalement assommée, je n'avais plus aucune idée sur qui j'étais, ce que je faisais, où, quand et comment. Une douleur fulgurante au nez, je sentais un liquide chaud couler le long de mon visage, avec une odeur sucrée de rouille. Du sang ? Aïe, ils venaient sans doute de me casser le nez... (mon pauvre visage si divinement proportionné !)

Ils balancèrent mon corps à travers les toilettes. Ils le martelèrent de coups de pieds et poings. Me brisèrent probablement quelques côtes (il ne pouvait en être autrement vu la douleur que j'éprouvais). L'un d'eux frappa même mon estomac avec une violence inouïe. Avec un effort surhumain, je parvins à ouvrir la bouche pour vomir une mare de sang. Je ne pouvais plus tenir. J'avais mal. Je sentais chaque impact sur ma carcasse laissée à même le sol. Je sentais mon esprit s'évader de mon corps...Non ! Il fallait que je reste consciente ! Je devais montrer à ses enflures de Serdaigle que j'étais plus puissante, plus résistante qu'eux !

Ils firent voler une dernière fois mon corps à travers les toilettes, puis, avec un grand éclat de rire, s'eclipsèrent, me laissant seule, agonisante. Ils savaient parfaitement qu'il pouvait s'écouler une journée entière avant que quelqu'un vienne ici et me retrouve ! Toujours sous l'emprise de leur satané maléfice, je ne pouvais même pas me traîner hors d'ici pour sortir de cet endroit isolé ! Je fermai les yeux, mon sang s'écoulant sur les dalles glacés, se mêlant au leur. À cette idée, malgré la situation dans laquelle j'étais fourrée, je ne pus m'empêcher de ressentir un sentiment de satisfaction m'envahir. Au moins, avec leurs plaies saignantes et douloureuses, qui deviendraient par la suite des cicatrices ineffaçables, ils se souviendraient longtemps de mon sortilège parfaitement réussi ! Hélas, la douleur cuisante que je ressentis me fis instantanément oublier tout sentiment de victoire.
Je me mis à adresser une prière à Merlin, lui implorant presque d'envoyer quelqu'un à ma recherche, et rapidement ! J'avais besoin de soins, et plus vite j'irais à l'infirmerie, mieux j'irais !
Je laissai mes pensée (confuses, je l'accorde) divaguer, tandis que j'attendais, j'attendais, ne pouvant rien faire d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Jeu 25 Avr - 10:03

Samedi, quinze heure, un énergumène issu de Poufsouffle court à travers les couloirs comme si sa vie était en jeu, tel la maman de Bambi fuyant les balles du chasseur, son cœur de petit lapin battant à deux cent à l’heure et ce sans causer de décès. « Vite ! » se presse-t-il intérieurement. Grand mal lui avait prit de se poser sous un arbre du parc, ce matin neuve heure, pour ne sortir du royaume de Morphée qu’en milieu d’après-midi. Ainsi débute un nouveau drame de sa vie en cette sinistre journée.

Kalev s’était réveillé avec une envie pressante et l’estomac dans les talons. Pour cause, à rester lézarder durant six heures dehors, il n’avait pas eu le temps de faire grand-chose. Aussi son esprit très particulièrement pragmatique avait établi un programme pour lui, répondant aux plus bas instincts de l’homme : trouver des toilettes - s’introduire dans les cuisines - insérer une ou deux activité inutiles ici-même - procrastiner son devoir de potions. Voici donc les causes de sa course pour la survie à travers le Grand Escalier du château.

Pestant contre le caractère aléatoire et capricieux des marches amovibles, le blond s’arrêta finalement au second étage. Un des plus inutiles probablement, mais, eh, par chance, on y trouvait des toilettes désaffectées. Et en l’occurrence, il n’en demandait pas plus avant de descendre aux cachots combler son ventre râleur.
S’occupant peu d’analyser les lieux, il s’enferma dans une cabine et se soulagea avec le plus grand naturel du monde en sifflant sur l’air de « Mon adorable sorcière ». Et tout en se demandant ce qu’il allait bien pouvoir faire après la visite aux cuisines. Retourner dormir ? Embêter un ami ? Jouer au Quidditch ? Peut-être jeter un sort sur le livre de potions de Karigan (il rêvait de la voir se ramasser autant que lui dans cette matière) ? Bah, il verrait.

L’adolescent s’apprêtait à quitter les lieux ô combien déserts et déprimants lorsqu’un masse incongrue attira son regard. Titillé par la curiosité, il acheva de se laver les mains et s’approcha du personnage allongé dans l’angle. Quelle idée de piquer un somme dans un endroit pareil, je vous le demande.
De part sa corpulence, Kalev jugea que ce devait être une fille. Un malaise peut-être ? C’était en tout cas inhabituel et il commençait à s’inquiéter un peu. Si un élève allait mal, il faudrait s’occuper de son cas.
Le Poufsouffle vint s’accroupir près de la forme et tapota son épaule du bout du doigt.

- He, t’es vivante miss ? B’soin de visiter les meilleurs lits de Poudlard ?

Pas franchement de réponse. Bon. Prenant quelques initiatives, Kalev allongea la jeune fille à plat, découvrant au passage son visage. Et il poussa un petit toussotement gêné. Bon. Ce n’était pas franchement prévu au programme.

- Eh bien Astha … Ça fait longtemps.

Asthartée, jeune fille de Serpentard d’un an sa cadette avec qui il était sorti autrefois. Oh bien entendu Kalev avait eu un certain nombre de petites amies, tant sorcières que moldues. Mais avec celle-ci, il avait fuit un peu plus tard que d’habitude. Et ça ne s’était pas franchement bien terminé, à vrai dire.
Peu soucieux de se salir, le blond s’assit en tailleur à même le carrelage de la pièce et soupira.

- Ne le prends pas mal, mais le retour de bâton est plutôt mérité. Bien que ceux qui t’ont fait ça y soient allés un peu fort.

Il savait déjà qu’elle avait embêté quelques jeunes Poufsouffle. Ce qu’il appréciait assez peu. Sa Maison était une seconde famille, une grande bande d’amis qu’il ne faisait pas bon de menacer juste sous ses yeux.

- Je peux t’aider. A vrai dire, je vais t’aider. Mais tu auras une dette envers moi. Et cette dette, tu la laveras en allant t’excuser auprès de ceux de ma Maison à qui tu as fait du mal.

Kalev l’altruiste. Hum. Non, ça sonnait mal. Juste Kalev, l’ami qui vous veut du bien. C’était déjà mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Jeu 25 Avr - 14:01

Je tentais d'oublier la douleur omniprésente dans mon corps, espérant que quelqu'un, envoyé par la divine providence, vienne me secourir. J'étais toujours sous l'emprise du maléfice du saucisson, qui me forçait à être immobile à même le sol. Je pouvais uniquement bouger les yeux, et le bout de mes doigts, qui commençait à se réveiller. Plus que quelques heures et je pourrais enfin sortir d'ici ! (Si je ne mourrais pas avant...)

J'étais perdue dans mes pensées macabres, quand tout à coup, la porte des toilettes s'ouvrit avec fracas, et j'entendis des pas s'approcher et se diriger vers une cabine. Par pitié, que la personne qui était en ces lieux se rende compte de ma présence !

Décidant de me faire remarquer, je réussis avec beaucoup de concentration, à bouger mes doigts, et à les faire tapoter le sol du bout de mon ongle.
Tic tic tic, tic, tic, tic , tic tic tic, je martelais le carrelage au son du SOS, en espérant que le mystérieux visiteur avait des bases de morse... (pas la peine de se demander comment un sang-pur telle que moi connaissait ce langage secret, je l'avais lu dans un livre de la bibliothèque alors que je n'avais que ça à faire, c'est tout.)

Hélas, je me rendis compte assez vite que même si la mystérieuse personne connaissait le morse, impossible pour elle, à moins qu'elle n'ait des oreilles d'elfe de maison, d'entendre les petits bruits que je produisais.
Je décidai alors de passer au plan B : la télépathie.
Je formulais très clairement dans mon esprit "Hé toi ! Oui, toi ! Je sais que meurs d'envie de faire une petite visite des toilettes ! Allez viens, tu pourrais faire une découverte pour le moins intéressante ! ", tout en essayant d'envahir les pensées de l'inconnu.

J'entendis une chasse d'eau, puis les pas du visiteur mystère se diriger vers les lavabos. Je continuai : "Tourne la tête ! Et dirige toi vers la personne magnifique, c'est à dire moi, qui se trouve dans l'angle ! Allez viens ! J'ai besoin de toi ! ".
J'entendis l'eau couler. Puis le silence. Et là, mes pouvoirs montrant à nouveau leur puissance puisque les pas se dirigeaient vers moi (à moins que ça ne soit qu'un simple hasard ?), une voix grave, que j'avais l'impression de reconnaître s'adressa à moi, tandis qu'on me tapotait l'épaule :
" He, t’es vivante miss ? B’soin de visiter les meilleurs lits de Poudlard ?
Oui ! Amène moi à l'infirmerie ! Tout de suite !
Histoire de bien montrer que j'étais parfaitement consciente, mais incapable de bouger et de parler, je me mis à cligner des yeux et à bouger les doigts.

Le jeune homme me tourna sur le côté, et je pus voir l'insigne jaune et noire qui était la marque des Poufsouffles. Un blaireau ! Ils étaient réputés pour leur gentillesse, non ? Il m'emmenerait donc sans problème voir l'infirmier !
Le poufsouffle en question murmura :
" Eh bien Astha … Ça fait longtemps."
Il me connaissait apparemment. Je levai les yeux, me demandant qui était ce jeune homme. Je vis des cheveux blonds, qui encadraient un visage fin, illuminé par deux yeux bleus. Oh non... par Merlin, de toutes les personnes susceptibles de passer par là, il fallait que ça soit sur lui... Kalev Hopwar. Étant sortie avec lui dans le passé, je gardais un certain sentiment de gêne vis à vis de lui. Enfin bon. J'aurais pu tomber sur pire. Un malade mental, par exemple, qui aurait profité de ma faiblesse pour faire toutes sortes d'expériences avec mon corps, telles m'ouvrir l'abdomen pour jouer avec mes viscères, et refaire la décoration des toilettes avec mes intestins en guise de guirlandes et mon hémoglobine en tant que nouvelle peinture des murs... oui, ça ça aurait peu être pire !

Kalev s'assit à mes cotés, sur les dalles froides des toilettes, et dit :
" Ne le prends pas mal, mais le retour de bâton est plutôt mérité. Bien que ceux qui t’ont fait y soient allés un peu fort."
Mérité ? Mais j'étais totalement innocente moi ! Je lui lançait la seule chose qui était à ma portée, c'est à dire un regard noir.
Il avait vu dans quel état je me trouvais ?

Le blond continua :
" Je peux t’aider. A vrai dire, je vais t’aider. Mais tu auras une dette envers moi. Et cette dette, tu la laveras en allant t’excuser auprès de ceux de ma Maison à qui tu as fait du mal."
Quoi ? Mais depuis quand les gentils Poufsouffles ne rendaient pas service service gratuitement ? Heureusement pour lui que je n'avais pas retrouvé la parole, sinon je l'aurais traité de tous les noms ! Et pourquoi j'aurais dû m'excuser ? Je leur rendais service moi, à ces petits blaireaux, en leur enseignant la loi du plus fort ! Ils auraient même dû me remercier !
Je voulus d'abord exprimer mon refus, mais étant donné mon état, je me rendis compte que je n'avais pas vraiment le choix, et adressait un regard approbateur en direction de mon ancien petit-ami (en évitant toutefois de plonger mon regard dans le sien, afin d'éviter toute histoire gênante et confuse). Mais de toute manière, en bonne serpentarde que j'étais, je trouverais sans doute un moyen pour me défiler et éviter le ridicule.
Je me remis à tapoter nerveusement le carrelage, demandant implicitement à Kalev de mettre fin à l'incantation qui me tenait immobile et à la merci de tous. Par pitié, qu'il comprenne le message !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Jeu 25 Avr - 17:38

Bon. Pas très réactive, en face. Ce qui s’expliquait, certes, par l’utilisation très probable d’un sortilège de Saucissonnage. A part des regards plus ou moins noirs, plus ou moins méchants et plus ou moins courroucés, rien à signaler. Le détestait-elle donc tant que ça ? Elle était loin l’époque où Asthartée lui murmurait des mots doux. En avait-elle seulement murmuré, d’ailleurs ?
Pourquoi était-il sorti avec, déjà ? Ah, oui, elle était jolie. Mais des filles jolies il y en avait d’autres à Poudlard, donc il y avait forcément autre chose. Merlin que diable l’avait donc poussé dans les bras d’une langue de vipère hautaine et méprisante d’un orgueil aussi évident qu’elle était brune ? Ah qu’il était mauvais d’évoquer le passé.
Kalev soupira. Il n’allait pas passer la nuit ici, non plus (bien qu’il ne soit qu’un peu plus de quinze heures). Toujours accroupi, le Poufsouffle extirpa sa baguette de la poche de son pantalon et pointa la jeune fille avec. Le temps d’une formule et la voilà libérée.

- Je suis intimement persuadé que tu as des tas de choses à dire maintenant que tu as retrouvé l’usage de ta langue mais je te propose très aimablement de discuter sur le chemin de l’infirmerie, qu’en penses-tu ?

A n’en pas douter elle allait déjà râler sur sa petite histoire de dette. Mais que la demoiselle n’espère pas y réchapper. Il lui rappellerait son devoir chaque jour jusqu’à ce qu’elle vienne présenter ses excuses. Et si elle ne le faisait pas, il n’aurait aucun scrupule à la prendre par la peau du cou et à la traîner jusqu’à ses malheureuses victimes. En toute amitié.

Kalev se releva et s’étira de tout son long. C’est qu’il n’était pas encore tout à fait réveillé de sa petite (mais longue) sieste en plein air. Et il avait toujours faim. Plus vite cette affaire serait réglée, mieux ce serait. Il doutait fort que le petit serpent écorché accepte un détour par les cuisines et, par extension, agonise un peu plus longtemps avant de lui clamser entre les pattes. Pas qu’il la juge au bord de la mort, mais, quand même, on évitait de jouer avec le diable pour ces choses là.
Tendant une main presque trop charitable à Asthartée, il l’aida à se relever à son tour. A traîner sur le carrelage humide, elle allait sentir le poisson avarié pour trois jours. Déjà qu’il y avait une arrière odeur de linge humide. Charmant. Et toujours très en délicatesse de la part de Kalev.

- Tu sais, pour revenir à cette petite histoire d’excuse … Tu devrais le faire, tout simplement. Sinon, je peux me montrer un peu plus méchant. Je sais on ne dirait pas comme ça … Il se passa une main dans les cheveux et soupira. Mais je pourrais laisser sous-entendre de manière tout à fait fortuite à tes camarades de Serpentard que de « minables et abrutis de Serdaigle » t’ont mis au tapis et « qu’une bonne poire de Poufsouffle » t’a servi de sauveur. Ce qui est autrement plus honteux que de faire preuve d’humilité, n’est-ce pas ?

Petit clin d’œil et sourire angélique. Ne pas sous-estimer le Kalev qui dort.

Bien. A présent que les choses étaient au clair, le but du jeu était évidemment de traîner la demoiselle jusqu’à l’infirmerie. Septième étage. Vue son état … Moui, il ne dînerait pas avant vingt heure.

- Méthode D, lâcha le blond en tapant un coup dans ses mains.

Un bras dans le dos d’Asthartée, l’autre sous ses jambes, il se dirigea vers la sortie avec l’élève de Serpentard dans les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Ven 26 Avr - 9:22

Voyant les regards suppliants que je lui lançais, Kalev fini enfin (oh miracle !) par se rendre compte que je ne pouvais rien faire, puisque j'étais sous l'emprise de ce maudit maléfice de saucissonage. Il s'empressa de jeter le contre-sort, qui diffusa une douce chaleur (à moins que ça ne soit un effet de mon imagination ?) dans mon corps. Je sentis mes membres se relâcher, et je m'empressait de bouger les bras et de dodeliner la tête pour vérifier que je pouvais à nouveau me mouvoir. Parfait !

Je m'étirais longuement (il faut dire que rester immobile pendant des heures donne d'effroyables crampes) tandis que je lançais un " ah bah enfin, c'est pas trop tôt !" au jeune blond. Ce à quoi il me répondit d'un air nonchalent, comme à son habitude : " Je suis intimement persuadé que tu as des tas de choses à dire maintenant que tu as retrouvé l’usage de ta langue mais je te propose très aimablement de discuter sur le chemin de l’infirmerie, qu’en penses-tu ?", avant de se relever et de me tendre une main charitable. Main que j'acceptais avec un air hautain. En sentant cette main entre mes doigts, je ne pus m'empêcher de penser aux moments que nous avions passés ensembles. Troublée, je lâchai sa main, préférant me relever seule, malgré les douleurs que je ressentais.

Je m'empressai de ramasser ma baguette, qui avait roulé sous un lavabo, en marmonnant :"Maudits Serdaigles... m'agresser moi ! ...et me laisser à la merci d'un abruti de Poufsouffle... je me vengerais....".
Je dis d'un air arrogant :
"Bon, c'est pas pour ça, mais tu comptes m'emmener comment à l'infirmerie ? J'ai besoin d'être soignée moi ! J'ai mal !".

Hélas, le Poufsouffle avait décidé de faire une petite mise au point avant :
" Tu sais, pour revenir à cette petite histoire d’excuse … Tu devrais le faire, tout simplement. Sinon, je peux me montrer un peu plus méchant. Je sais on ne dirait pas comme ça..."
Je ne pus m'empêcher d'éclater de rire : "Toi ? Méchant ? 'Me fais pas rire Kalev !"
Ce dernier répondit, un sourire aux lèvres :
" Mais je pourrais laisser sous-entendre de manière tout à fait fortuite à tes camarades de Serpentard que de « minables et abrutis de Serdaigle » t’ont mis au tapis et « qu’une bonne poire de Poufsouffle » t’a servi de sauveur. Ce qui est autrement plus honteux que de faire preuve d’humilité, n’est-ce pas ?"
J'ecarquillai les yeux : " quoi ? Mais depuis quand les Blaireaux sont vicieux et tordus ? Mais c'est injuste ! Tu pourrais faire preuve d'un peu de compassion avec moi !".

À cette dernière phrase, je lui jetai un regard niais et innocent (du moins j'essayai), espérant le manipuler pour échapper à cette dette si abominable. Regard qui n'eut pas l'air de lui faire beaucoup d'effet d'ailleurs.
Finalement, ce petit enfoiré de Hopwar finit par me convaincre (je n'avais pas vraiment le choix de toute manière) d'accepter sa proposition, mais j'étais certaine de trouver un moyen pour ridiculiser les Jaunes et Noirs tout en proclamant ma puissance en effectuant cette dette.

Je dis :
"Très bien, je te rendrais ce service, j'irais m'excuser auprès de tes camarades de maison. Mais avant emmène moi à l'infirmerie, je ne peux pas y aller seule dans cet état ! "
Kalev me regarda d'un air pensif, avant de lâcher un "Méthode D..."
" Méthode D ? C'est quoi encore ce truc ? Méthode Débile ? Parce que si tu continues à... "
Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que le blond me prit dans ses bras.
"Quoi ? Mais tu fais quoi ? Lâches moi ! Je ne veux pas que tu me portes !", m'ecriai-je, sentant mes joues rosirent légèrement.
Pas que j'eprouvais un quelconque sentiment envers l'élève de Poufsouffle, mais j'étais gênée, même voire plus, embarrassée.
Je tentais de me débattre, mais étant dans un état faible et misérable, je ne réussis qu'à m'épuiser encore plus.
Finalement résignée, je croisais les bras contre ma poitrine et fit une moue boudeuse, avant de ronchonner : "Si jamais je croise quelqu'un alors que Kalev me porte jusqu'à l'infirmerie, je tue cet idiot de Poufsouffle..."

Finalement, nous sortîmes de ce lieu maudit et puant appelé "toilettes" sans encombres, et je lançai à mon ancien prétendant :
"Dis-moi, tu comptes me prendre dans tes bras combien de temps ? Je te rapelle que flemmard comme tu es, tes biceps inexistants ne me soutiendront jamais jusqu'à l'infirmerie !"
Par Merlin, mais qu'est ce qui m'avais pris par le passé se sortir avec cet étrange énergumène avec autant de muscles qu'une limace à cornes ? Je soupirai en levant les yeux au ciel, essayant d'oublier la proximité de nos deux corps en ce moment même ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Jeu 2 Mai - 14:00

Cette fille était fatigante. Elle passait son temps à râler et à critiquer mais ne cherchait pas à se débrouiller seule pour autant. Si sa présence était si dérangeante, pourquoi donc la petite princesse ne se prenait-elle pas en main comme une grande ? Elle n’était pas non plus à l’agonie, preuve en était qu’elle avait réussi à se lever et s’étirer comme n’importe quelle fille en parfaite santé.

- Tu sais Astha, si t’es pas contente je peux tout aussi bien te laisser moisir dans un placard à balai. Moi je m’en fous.

Kalev était gentil, Kalev était serviable, Kalev était Poufsouffle, mais, quand même, Kalev n’était pas con. Servir de larbin, sans façon. Il ne demandait pas montagne d’éloge et de reconnaissance, mais un merci n’avait jamais tué personne. Elle risquait plutôt de mourir étouffée par sa fierté.
Ce que le blond ne comprenait pas, c’était cette honte qu’elle avait de traîner avec des individus qui n’étaient ni sang-pur, ni à Serpentard, et surtout d’être vue en leur compagnie. C’était quoi le problème ? C’était inscrit en gros sur son front « Sang-mêlé en approche, engeance moldue à trois heure, clôturez le périmètre je répète, clôturez le périmètre ! ». Bon qu’on reconnaisse sa maison à la rigueur, mais on trouvait des sang-pur partout. Pas que chez les héritiers de Salazar.

Kalev n’était pas le genre à trier ses amis sur critères de physique, nationalité, ascendance, classe, degré d’affection avec les cactus, ce genre de trucs. Il avait pour principe de donner une chance à tout le monde, puis de voir en fonction. Les gens bien entraient dans le cercle large et pas très privé des fréquentations, les scroutt à pétards dans le sac des indésirables. Kalev n’aimait pas les scroutt à pétard.

- Astha, je trouve dommage que tu confondes flemme physique et flemme spirituelle. Je suis fervent partisan de la seconde, beaucoup moins de la première. Je dois te rappeler que je suis joueur de Quidditch, et le nombre de boule de cristal que j’ai astiqué en retenu ?

Quand même, fallait pas déconner. Il avait assez vue la salle de divination pour le restant de ses jours, ce qui expliquait entre autre qu’il n’émette aucun scrupule à sécher ces heures-là. De toute façon qu’il se rende en cours ou non, le résultat était le même : il n’avait pas décroché sa B.U.S.E. Par chance arrivé en sixième année il avait réussi à se défaire de cet enfer. Ce qui n’empêchaient pas certains enseignants de prendre un malin plaisir à l’envoyer nettoyer des tasses de thé de temps à autre au lieu de copier des lignes.

- A par ça, les amis, la famille ? Tous les deux enfoncés jusqu’à l’os dans la magie noire je sais, nourrissons stéréotypes et préjugés.

Lui aussi pouvait jouer à ce petit jeu-là.
Revenir en haut Aller en bas
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   Ven 3 Mai - 9:26

Kalev prit un air desespéré. Tant mieux si je l'exaspérais ! Pourquoi ? Je ne sais pas, peut-être pour maudire en quelque sort le mauvais sort qui avait fait que ce soit LUI qui vienne à mon secours. Ou peut-être aussi pour le service que je lui devais. Oui, ça devait sûrement être pour ça que je prenais tant de plaisir à l'ennuyer. Je fis un petit sourire victorieux en le regardant d'un air arrogant.

Le blond s'en aperçut, et dit d'un petit air nonchalant qu'il pouvait très bien me laisser pourrir dans un placard à balai, que de toute façon ça lui était totalement égal ce qu'il m'arrivait. Ouvrant de grands yeux, je m'écriai :
"Comment oses-tu penser, même une seule seconde, à faire un geste aussi ignoble ?! Tu n'oserais pas m'infliger ça !"
Après quelques secondes d'hésitation, j'ajoutai en prenant un ton victorieux :
"Arrête de raconter des histoires, Kalev. Je sais très bien que tu ne ferais jamais une chose pareille. Et si tu t'en fichais autant, tu m'aurais laissée saucissonnée dans les toilettes ! On ne me la fait pas à moi !"

Hopwar ajouta, faisant comme s'il n'avait rien entendu, qu'il n'était fervent que de la flemme spirituelle, et non pas de la flemme corporelle étant donné qu'il jouait au quidditch et qu'il nettoyait à s'en faire saigner les mains les boules de cristal lors de ses retenues. Je levai les yeux au ciel :
"Pourquoi vouloir être un partisan de la "flemme spirituelle", pour reprendre tes mots ? Tu n'arriveras jamais à rien si tu ne crées pas des connexions entre tes neurones de temps à autres ! Et puis pourquoi tu t'es embêté à prendre un option aussi inutile que divination ? Moi même j'ai préféré ne pas la prendre. Quel intérêt peut il avoir à essayer de décrypter une science aussi aléatoire que lire dans une boule de cristal ou dans des feuilles de thé ? C'est totalement idiot ! Et je sais très bien que tu joues au quidditch, on s'est déjà affrontés sur le terrain. Mais tu n'égales malheureusement pas le talent des poursuiveurs de l'équipe des Serpentards... Et nous comptons bien gagner la coupe cette année ! "
Il fallait avouer que s'il y avait un point que j'avais en commun avec Hopwar, c'était la passion pour le Quidditch. Seul point commun à ma connaissance d'ailleurs.

Le blaireau fit un petit sourire moqueur et lança :
" A par ça, les amis, la famille ? Tous les deux enfoncés jusqu’à l’os dans la magie noire je sais, nourrissons stéréotypes et préjugés."
Avec un sourire effrayant, j'agitai légèrement ma baguette :
"Tiens, t'es vachement bien renseigné ! Comment as-tu réussi à savoir pour la magie noire ? Si tu veux, je peux te montrer quelques sorts..."
Je ne mentais pas, du moins pour le fait que ma famille était fervente admiratrice des sciences occultes et autres arts tirés de la magie noire. Je connaissais moi-meme quelque malefices que j'avais appris en lisant les livres de mes parents. Après, pour ce qui était de les apprendre à Kalev... pas question de partager mon savoir avec lui !

J'affichais ensuite un grand sourire hypocrite et minaudait :
"Sinon tout se passe bien dans le terrier qui te sert de salle commune ? Pas trop incommodé par l'odeur nauséabonde des Sang-de-Bourbes ? Ah oui j'avais oublié que tu dois être habitué maintenant à force de ta famille métissée de moldus... comment des sorciers dignes de ce nom peuvent-ils survivre dans ce milieu infect ?"
Je lui lançai un petit air candide. Il n'avait qu'à pas me chercher des noises, j'étais beaucoup plus forte à ce petit jeu que lui !

Sentant du sang couler le long de mon visage, je le pressai :
"Tu pourrais te dépêcher un peu ? Je crois que j'ai le nez cassé, ça me fait mal, et je dois être sûrement défigurée, je ne pourrais pas supporter ça longtemps !"
Au cas où il se serait senti vexé par ma remarque antérieure, je murmurai d'un petit air innocent :
"Et je blaguais pour ce qui était des Sang-de-Bourbes, j'ADORE les moldus, tout le monde le sait !"
C'était faux bien sûr, mais si dire des stupidités pareilles pouvait amadouer un peu le Poufsouffle afin qu'il se dépêche un peu et me sauve par conséquent la vie, autant ravaler un peu ma fierté ! Croisant les doigts pour qu'il croie à mes paroles dénudées de bon sens, j'esquissai un sourire qui pourrait paraître aimable, sympathique et sincère aux yeux du jeune homme. Si avec ça il ne pouvait résister à m'emmener le plus vite possible voir l'infirmier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sauveur quelque peu gênant ~avec Kalev Hopwar~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Signer avec le Diable...
» Vieille histoire irlandaise
» Les mages noirs [10/16 disponibles]
» Mon nom a quelque chose à voir avec notre Cher Double Carminou Doudou
» La perfection ce n'est pas de faire quelque chose de grand et beau, mais de faire ce que l'on fait avec grandeur et beauté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aiguise Méninges :: Poudlard et ses environs ::   :: Toilettes désaffectés-
Sauter vers: