AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Dim 19 Mai - 12:55

Samedi 28 septembre, 15h17, Bibliothèque

Le temps allait sur l'après midi. Néanmoins, aucun changement dans la météo extérieure ne permettait de distinguer cet instant du reste de la journée. Les mêmes nuages gris s'amoncelaient dans le ciel entièrement masqué, ne laissant pas la moindre chance au soleil de montrer ses rayons. Et c'était ces mêmes nuages que l'on pouvait observer en ce moment à travers les fenêtres de la bibliothèque.
Oui car par ce temps peu avenant, la plupart des élèves, lassés de contempler la grisaille du ciel au dehors, s'étaient réfugiés dans la bibliothèque pour lire ou discuter, ou dans leurs salles communes respectives. Aux premières semaines de cours, il fallait avouer que peu d'élèves travaillaient encore d'arrache-pied, et la plupart avaient choisi la bibliothèque pour flâner dans un endroit calme, chuchotant ou s'amusant à faire toutes sortes d'origamis en papier qu'ils dotaient de vie pour les faire combattre les uns les autres.
Mais quelques élèves prenaient à cœur leurs révision dès les premiers jours et avaient élu domicile entre les longues rangées de livres pour travailler sur leurs devoirs ou faire quelques exercices supplémentaires, ou tout simplement pour se renseigner sur une notion qu'ils n'avaient pas compris. Ce qui était le cas par exemple d'une petite albinos, assise seule à une table dans un coin de la large pièce, entre deux étagères de manuscrits.

Depuis presque deux heures, Lilith était plongée dans la lecture d'une pile de livres entassés devant elle. Au premier abord, elle était venue chercher des détails sur le sortilège d'allégresse, sortilège dont leur avait parlé leur professeur en la matière la veille. Elle voulait tout connaître de ce sort, son histoire, son créateur, ses dérivés, ses utilisations à travers l'histoire... Et puis rapidement elle était tombée sur d'autres chapitres qui avaient piqué sa curiosité et de fil en aiguille s'était retrouvée à étudier des choses bien différentes, accumulant bientôt les livres autour d'elle.
Son regard d'argent empli d'une curiosité quasiment insatiable parcourait les lignes des livres, se délectant de la moindre information qu'elle apprenait. Le monde de la magie était fascinant ! C'était un monde nouveau pour elle, un univers gigantesque aux possibilités infinies que même dans ses rêves les plus fous elle n'aurait pu espérer connaître. Mais voilà qu'elle y était ! Et elle avait soif d'apprendre, d'emmagasiner toutes ces nouvelles choses.

Lilith terminait un chapitre intitulé « le triton géant : monstre ou créature mythique ? » dans le livre « Rencontre avec la faune marine », lorsqu'une série d'éclats de rire narquois lui parvinrent aux oreilles, coupant court à sa lecture. N'aimant pas être dérangée quand elle lisait, Lilith leva les yeux de son manuscrit avec mauvaise grâce. Un groupe de quatre élèves se tenait en face d'elle de l'autre coté de la table. Et au vu de leur air, ils n'étaient pas là pour étudier. Lilith ne les connaissait pas tous, mais elle reconnu la jeune fille qui semblait être la chef du groupe : Elizabeth Noxis, une serpentard de première année qui s'était mise en tête de lui faire la vie dure dès la première semaine pour la simple raison que Lilith n'avait pas voulu « jouer les gentilles petites poufsouffle » et lui faire son devoir d'astronomie.

« Salut le rat blanc de bibliothèque, on te dérange ? Attaqua directement la brunette aux yeux bleus, déclenchant l'hilarité chez ses comparses. Ah non excuse moi, tu ne dois pas comprendre exactement ce que je dis, tu es irlandaise. »

Un nouvel éclat de rire retentit chez les jeunes filles qui l'accompagnaient pendant que leur « meneuse » s'asseyait en face de Lilith et saisissait un livre sur sa pile pour l'ouvrir et lui montrer les écritures à l'intérieur.

« Tu vois ça ? Dit elle en parlant exagérément doucement avec un air faussement compréhensif, comme si elle s'adressait à une personne psychologiquement malade. C'est un livre. L-i-v-r-e. C'est pour liiiiire. »

Le rire de ses amies s'intensifia, certaines versant même des larmes d'hilarité.

Lilith quant à elle continua de fixer Elizabeth en gardant le silence, de ce regard persistant qui gênait les gens d'ordinaire. La serpentard hocha finalement la tête avec un air faussement accablé.

« Je ne suis pas sûre que j'arriverais à t'apprendre quelque chose, toutes mes condoléances... Mais ils voudront peut être de toi comme elfe de maison à Poudlard à la fin de l'année. »

Ignorant les rires, la petite albinos décida alors qu'elle n'aurait plus la paix pour lire tranquillement et se leva, refermant son livre pour l'emporter. Sans un regard pour Elizabeth et sa bande, elle quitta la rangé de livres, suivie par les quolibets des jeunes filles et un « citrouillarde ! » craché par la meneuse du petit groupe.
Le visage de Lilith était impassible, mais au plus profond d'elle, derrière la barrière mentale qu'elle s'était construite, elle sentait que les moqueries des élèves de serpentard atteignait son cœur. Pour ignorer ce sentiment, elle se replongea dans la lecture de son livre tout en marchant. Elle comptait retourner à l'accueil de la bibliothèque et l'emprunter pour aller lire tranquillement dans sa salle commune. S'ils n'étaient pas particulièrement proches d'elle, ses camarades de Poufsouffle la laissaient au moins tranquille et ne se moquaient pas d'elle.
Plongée dans son manuscrit sur les créatures marines, Lilith zigzagua machinalement entre les étagères. Mais sa lecture ne lui permit pas d'éviter la collision. Car au détour d'une étagère, elle tourna un peu rapidement... Et percuta violemment quelqu'un !
Le choc et sa petite taille la jetèrent à terre sur le plancher. Son livre s'envola et, étrange hasard, retomba ouvert pile sur la tête de la petite albinos, lui cachant la vue. Secouée, Lilith mit quelques secondes à réaliser ce qu'il s'était passé. Retirant alors le livre de sur sa tête, la petite fille s'empressa de s'excuser :

« Excusez moi... Je ne vous avais pas vu. »

Son regard examina alors la personne qu'elle avait percuté. C'était une jeune fille qui devait avoir quinze ou seize ans. De magnifiques cheveux noirs lui tombaient sur les hanches dans une coiffure travaillée. Ils encadraient un visage fin et pâle illuminé de puissants yeux violets. Elle portait une robe plutôt ostentatoire et finement brodée ainsi que quelques bijoux bien placés qui lui offrait une allure noble et charismatique augmentée par sa façon de se tenir droite.
Lilith se sentit tout de suite impressionnée, plus que d'ordinaire si c'était possible, devant cette inconnue. Elle avait par ailleurs dans son regard un étrange sentiment de mépris que la petite albinos n'aimait pas. Il lui rappelait un peu un homme de noble lignée qui ne quittait plus ses cauchemars et lui adressait autrefois ce même regard lorsqu'il observait ses cheveux blancs.
Pour faire bonne figure, Lilith se releva, ramassa son livre et le tint contre sa poitrine, sans quitter de ses yeux d'argent le visage de la jeune fille.


H.S:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Lun 20 Mai - 16:14

J'aime la bibliothèque de Poudlard, avec ses milliers de livres plus intéressants les uns que les autres, et sa délicieuse odeur d'encre et de parchemin. Je m'y sens à mon aise ici, j'aime étudier dans ces lieux si propices pour travailler. Enfin, la plupart du temps... ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
Saleté de temps pluvieux et détestable ! Et pourquoi tant d'imbéciles sont-ils obligés de venir se réfugier ici ? Impossible de pouvoir réviser tranquillement !
Il faudrait faire des règles de restriction pour pouvoir entrer à la bibliothèque. Réserver l'entrée aux sangs purs de serpentard, par exemple. Mmh... c'est une bonne idée ça. Je devrai en toucher quelques mots aux préfets de ma maison.

Je vois d'ailleurs des Sang de Bourbes s'installer à ma table. Pourquoi le sort s'acharne t-il sur moi ?! J'aimerai leur dire de se rendre ailleurs voir si j'y suis, mais ils sont plus nombreux et âgés que moi. Tant pis, je range mes affaires et me lève, à la recherche d'une meilleure place. L'odeur de moldu est trop insupportable ici.
Aïe, il ne reste vraiment aucune table de libre...
Bon, je vais devoir employer la manière forte. Ni une, ni deux, je m'approche d'une table de premières années, les saisis par les épaules, et les vire violemment d'ici. Mon air menaçant les dissuade de tout commentaire, et, avec une tête de petits lapins terrorisés, ils s'enfuient presque en courant. J'aime me faire respecter.

Je m'assois à ma nouvelle table, et commence à rédiger mon devoir de potion sur les philtres de paix.
"Le philtre de Paix est une potion destinée à calmer l'anxiété et à apaiser l'agitation. Mais il faut néanmoins être rigoureux lors de sa préparation : si jamais on a la main trop lourde dans le dosage des ingrédients, celui qui boirait la potion tomberait dans un sommeil profond et peut-être même irréversible.
Les étapes de préparation sont les suivantes :
- ajouter de la poudre de pierre de lune
- tourner trois fois dans le sens inverse des aiguilles d'une montre
- laisser frémir sept minutes
- ajouter deux gouttes de sirop d'ellébore […]
"
Je trouve cela vraiment passionnant, le cours de potion est l'une de mes nombreuses matières préférées.

Alors que je suis tout particulièrement concentrée, j'entends des jeunes idiotes glousser comme des dindons. Elle sont au courant qu'on se trouve dans une bibliothèque ici ?! Je leur jette un regard mauvais, tandis qu'elles parlent d'une certaine "Citrouillarde", Poufsouffle de Première Année. Je renifle d'un air méprisant, et décide que c'est la faute de l'autre si je ne peux pas travailler en paix. Elle n'avait qu'à pas exister. Je m'approche néanmoins des gamines de Serpentard (c'est fou ce que l'élite des élèves est devenue à présent !), baguette en main. Je ne compte bien sûr pas l'utiliser ici, mais ma vue suffit à effrayer ces dindes, qui, en ouvrant de grands yeux légèrement intimidés, s'empressent de ranger leurs affaires et de s'enfuir. Elles ont au moins l'intelligence de ne pas s'opposer à moi.

Je me rassois à ma table, et termine avec un certain sentiment de satisfaction mes 30 centimètres de parchemin. Je suis certaine que je décrocherai la meilleure note, comme toujours (parce que je suis la meilleure).
Bon, maintenant je peux me concentrer sur ma véritable venue ici : les recherches sur le Polynectar. J'avais prévu de ramasser les ingrédients nécessaires à la préparation de cette potion lundi soir, mais hélas la rencontre avec un stupide loup-garou m'en a empêché. Tant pis, j'irai voler dans la réserve (ou plutôt je persuaderai quelqu'un de le faire pour moi...). Mon plan d'attaque contre les Gryffondors est vraiment génial ! Il ne me reste plus qu'à en parler aux autres élèves de ma maison, pour qu'ils m'aident à préparer ce philtre (les septièmes années peuvent être d'une aide considérable, je pense).

Je me lève, et m'approche du rayonnage intitulé "Potion". J'ai l'habitude de chercher des grimoires dans cette bibliothèque, et j'arrive très facilement à trouver le livre que je cherchais : "Les potions de Grand Pouvoir". Génial !
Je commence à le feuilleter, cherchant la page traitant du Polynectar, lorsque je sens quelque chose me percuter violemment.
"Qui est le con qui essaie de me déboiter une épaule ?! ", je m'écrie, essayant de voir si je connais le truc, ou plutôt la fille, qui a été projetée au sol, un livre atterrissant comme par hasard sur sa tête.

Je remarque l'insigne de Poufsouffle sur sa poitrine, ainsi que des cheveux blancs qui encadrent une petite tête d'une parfaite petite idiote. Beurk, comment a-t-elle osé me toucher ?
Elle se relève, ses yeux exprimant la crainte et l'admiration (Oh merlin que j'aime cette sensation de pouvoir !), tandis qu'elle balbutie des mots incompréhensibles pour tenter (en vain) de s'excuser.

Je souris, tandis que je rejette mes longs cheveux bruns par-dessus mon épaule, d'un geste étudié et méprisant. Cette morveuse aux cheveux de petite vieille va payer pour tous les autres qui ont osé me déranger aujourd'hui. Tant pis pour elle.
J'approche d'un air menaçant mon visage du sien, tout en pointant ma baguette sur sa poitrine, et je change la couleur de mes lentilles en rouge sang. Ces lentilles magiques ont été d'une bonne acquisition, elles font toujours leur petit effet aux imbéciles en son genre. Il faut vraiment avoir un pois chiche dans la tête pour croire que j'arrive à changer la couleur de mes iris.
"Je n'ai pas très bien entendu tes excuses, petite limace à corne méprisante, sifflai-je. Recommence. Et d'un ton soumis et solennel cette fois. Et incline-toi devant moi aussi."
J'apprécie montrer à tous ma puissance et mon pouvoir, c'est une sensation si grisante !
Je réfléchis quelque instants avant d'ajouter :
"Et tant que t'y es, je veux, non, j'exige, que tu sois mon elfe de maison attitré pendant la durée d'une semaine, ou même indéfiniment. Tu devras faire TOUT ce que je te dis..."
J'ai enfin trouvé CELLE qu'il me fallait pour voler pour moi les ingrédients nécessaires pour mon Polynectar. Et je pourrai aussi faire en sorte que les professeurs soient au courant de sa petite infraction... Je fais un petit sourire satisfait, attendant sa soumission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Lun 20 Mai - 17:48



La réponse au regard insistant de la petite albinos ne se fit pas attendre. Néanmoins ce ne fut pas exactement ce à quoi s'était attendu la fillette.
La jeune femme qu'elle avait bousculé lui adressa un sourire qui n'avait rien d'amical ou de rassurant, mais respirait plutôt la suffisance. D'un geste agile elle passa une main dans ses cheveux d'ébène et les rejeta dans son dos. Puis, réaction étrange, elle approcha un visage menaçant tout près de celui de Lilith et pointa la baguette qu'elle tenait à la main droit sur la poitrine de la petite albinos. Réaction qui aurait terrifié de nombreux premières années, pour peu qu'ils connaissent le monde de la magie. Seulement voilà, Lilith ne connaissait encore rien au monde de la magie, ou en tout cas rien d'autre que ce qu'elle avait lu dans les livres. Son regard d'argent regarda donc l'objet de bois avec surprise et incompréhension, se demandant quel était le but de ce geste. En relevant les yeux, elle d'aperçu alors que les iris violacés de son interlocutrice avaient pris une forte couleur de sang. Les pupilles dilatées de la fillette scrutèrent l'étonnante teinte avec un surprise mêlée d'une curiosité non masquée. Comme d'habitude pour la petite albinos qui détestait le manque de couleurs, les teintes vives la fascinaient. Elle trouvait tout ce rouge très original et y voyait une beauté que certains aurait qualifié de malsaine.
En revanche, les paroles de l'inconnue ne lui firent pas le même effet. D'une voix froide et sifflante à laquelle ne s'attendait pas la petite poufsouffle, la jeune fille parla ainsi :

« Je n'ai pas très bien entendu tes excuses, petite limace à corne méprisante. Recommence. Et d'un ton soumis et solennel cette fois. Et incline-toi devant moi tant que t'y es.  »

Le ton emprunté, plus que les paroles dont Lilith n'était pas certaine d'avoir compris tout le sens, la frappa de plein fouet, réveillant la crainte qui ne quittait plus son cœur depuis que son beau-père avait commencé à la maltraiter.
Sans lui laisser le temps de répondre, et après une courte pause, la jolie brune qui avait prit un air de réflexion ajouta :

« Et tant que t'y es, je veux, non, j'exige, que tu sois mon elfe de maison attitré pendant la durée d'une semaine, ou même indéfiniment. Tu devras faire TOUT ce que je te dis...  »

Cette fois, ce furent les paroles qui atteignirent l'esprit de la fillette. Des paroles qui auraient pu passer pour une plaisanterie de grand sur un petit nouveau si elles n'avaient pas été lancées avec une telle autorité et un mépris aussi prononcé qui vibrait d'une malice malsaine.
Lilith ne détourna pas le regard, restant figée face à la jeune femme qui la tenait toujours en respect du bout de sa baguette. Son regard n'exprimait plus la moindre curiosité, à vrai dire il n'exprimait plus rien. Aussi vides et neutres que si elle avait été une statue, ses pupilles semblaient plongées dans des pensées que seul leur propriétaire voyait.
Les mots de la jeune fille résonnaient à son esprit, vibrant de menace. De menace...
La voix de la brunette se mêla bientôt à celle d'un homme. D'un homme acide et froid au ton méprisant.

« Fais ce que je te dis...
Sale albinos...
Obéis ! ... »


Les yeux de Lilith se détachèrent enfin du regard de son interlocutrice et elle baissa le visage, plongeant son regard dans l'ombre de ses cheveux.

« Fais ce que je te dis mauvaise fille...
Joue ! J'exige que tu joues !... »


Après quelques secondes de silence et d'immobilité, la petite albinos agit enfin. Elle inclina légèrement la tête et prononça d'une voix étrangement neutre :

« Excusez moi de vous avoir bousculé. Ça n'arrivera plus. »

Puis, sans relever son visage, les yeux toujours dans l'ombre et son livre serré contre elle, elle avança rapidement, contourna vivement la jeune fille sans prêter attention à sa baguette et s'avança entre les étagères, tournant ainsi le dos à son agresseur. Le contraste entre la petite fille curieuse, qui était tombée à terre, et celle neutre et renfermée, qui marchait à pas rapides dans la bibliothèque comme pour fuir des fantômes qu'elle seul voyait, était marquant.
Une seule idée traversait l'esprit de la petite albinos : quitter cet endroit. Fuir. Fuir le plus loin possible. Les moqueries des serpentard plus la rencontre avec cette jeune femme impressionnante aux ordres implacables avait frappé sa barrière mentale de plein fouet, et elle sentait bouillir derrière quelque chose qu'elle n'aimait pas, quelque chose qui lui faisait peur...
Espérant que son agresseur n'allait pas la poursuivre, elle continua de marcher d'un pas vif.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Dim 26 Mai - 8:24

La naine n'a pas réellement l'air d'être effrayée par ma baguette, que je pointe pourtant en sa direction d'un air menaçant. Pffff, sûrement une Sang-de-Bourbe.
Quoique mes yeux rouges n'ont pas l'air de réellement la terrifier non plus, mais plutôt de la fasciner. Ça doit être le caractère un peu suicidaire et auto-destructeur des Poufsouffles, ils aiment être martyrisés. Tant mieux, je lui ferai plaisir.

Mes paroles n'ont (heureusement) pas le même effet sur l'albinos, qui devient bientôt aussi blanche que ses cheveux, et dit, le regard empli d'effroi, qu'elle s'excuse et qu'elle ne recommencera plus, le tout accompagné d'une petite courbette. Hahaha que c'est joussif d'être si respectée à Poudlard !
J'allais (gentiment bien sûr) lui demander (ordonner) le petit service que je voulais qu'elle me fasse, lorsque, son livre contre sa poitrine, elle s'est enfuie en courant, comme si elle aurait été poursuivie par un fantôme. On dirait presque moi lorsque j'essaie de fuir la saleté repoussante de Lloyd, sauf que je le fais d'une manière élégante moi. Ah, cette idiote je la déteste déjà !, pensai-je, presque la larme à l'oeil.

Bon, je ne vais pas la laisser fuir comme ça quand même !
"petite, petite, petite ! Reviens par ici !", murmurai-je à la manière de comment la plupart des gens appellent leur animal de compagnie (ce qu'elle deviendra bientôt, sans aucun doute).
Mais elle est passée où ?!
Je soupire d'agacement. Aujourd'hui est définitivement une mauvaise journée.

Je m'apprête à abandonner et retourner à ma potion de Polynectar, lorsque j'aperçois la morveuse courir dans tous les sens en direction de la sortie. En quelques grandes enjambées, je la rattrape et lui prend le bras.
"Alors, on essaie de s'échapper ?, lui soufflai-je, un air malicieux sur le visage.
Je la tire vers moi, et pointant ma baguette en direction de son visage, je continue : "N'espère pas t'en tirer comme ça. Tu feras ce que je diras, un point c'est tout. Et n'essaie pas de discuter, les conséquences pourraient être irréversibles..."
Pour bien lui faire comprendre que je ne plaisante pas, je lance un Colovaria sur ses cheveux.
"C'est mieux ainsi non ? Le vert est beaucoup plus joli que le blanc !"
Je ricane d'un air méprisant tandis que la Poufsouffle contemple ses cheveux aux couleur de ma maison.
"Tu vas m'écouter bien gentiment et sans faire d'histoire maintenant, d'accord ?", terminai-je, en prenant un ton lent et articulant toute les syllabes, histoire qu'elle comprenne bien ce que je disais (on sait jamais avec une attardée pareille...).

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Dim 26 Mai - 13:09

Fuir... Fuir...
C'était la chose qui obnubilait l'esprit de la fillette. Elle sentait toujours sa barrière mentale fragilisée vibrer sous l'effet de ce qui grondait derrière. Pour tenter de contenir cette chose qui cherchait à se frayer un chemin dans sa tête, Lilith se chanta mentalement une mélodie irlandaise que lui avait apprit sa mère. Mais si la chanson lui permettait de se concentrer sur quelque chose, elle ne freina en rien les assauts de la chose qui s'agitait derrière son mur mental.
Elle bifurqua machinalement entre les rayons de la bibliothèque, cherchant à fuir... elle ne savait pas trop quoi... Elle même peut être.

Elle approchait enfin de la sortie, et de l'accueil d'emprunt des livres, lorsqu'elle sentit quelqu'un lui saisir le bras. Surprise, Lilith poussa un léger cri de stupeur et fit volte-face. La jeune fille qui l'avait prise à part quelques secondes auparavant l'avait finalement suivi.

« Alors, on essaie de s'échapper ? » murmura t'elle d'une voix malicieuse et emprunte de mauvaises intentions.

Elle la tira vers elle et la petite albinos commença à se débattre en poussant des « Lâche moi ! Lâche moi ! ». Sans l'écouter, son agresseur pointa sa baguette sur son visage, ce qui eu pour effet de la stopper et de lui faire légèrement reculer la tête.

« N'espère pas t'en tirer comme ça. Tu feras ce que je dirai, un point c'est tout. Et n'essaie pas de discuter, les conséquences pourraient être irréversible... »

Lilith la regarda droit dans les yeux, la peur et la confusion se livraient bataille dans ses iris argentés. Non, il ne fallait pas qu'elle reste là. Il ne fallait pas qu'elle laisse sortir ce qui poussait dans son esprit depuis... depuis... depuis la mort de Irina.
Mais la jeune fille ne semblait pas décidé à abandonner sa victime. La petite violoniste eut comme premier réflexe l'idée de lui mordre profondément le bras, mais l'inconnue réagit avant elle. Pour donner du poids à ses paroles, elle dirigea sa baguette vers les cheveux de la fillette et prononça : « Colovaria ».
La petite albinos ne ressentit rien de particulier et se demanda un instant si la brune ne s'était pas loupée dans ce qu'elle avait voulu faire. Mais celle ci eu une expression satisfaite et ajouta d'un ton narquois :

« C'est mieux ainsi non ? Le vert est beaucoup plus joli que le blanc ! »

Elle conclu sa réplique en ricanant méchamment. Lilith eut alors un doute dans son incompréhension et s'empara de l'une de ses mèches de cheveux. Ses yeux s'écarquillèrent de stupeur, et elle fut tellement surprise que la peur disparu de son esprit.
Ses cheveux. Ses cheveux si blancs qu'elle détestait tant. Ils avaient à présent prit une teinte verte émeraude qui brillait à la lumière des chandelles de la bibliothèque. Lilith s'en retrouva tellement impressionnée et surprise qu'elle oublia même ce qui rôdait dans son esprit. Fascinée, elle regarda ses mèches de cheveux couler entre ses doigts. Elle aimait bien cette couleur. Bien plus que l'absence de teinte originelle de ses cheveux. Le vert lui rappelait l'herbe au crépuscule, le feuillage des arbres la nuit, et la couleur brillante des émeraude à la lueur du feu. Elle avait toujours du mal à croire que ses cheveux avaient bel et bien prit cette teinte. Ne pouvant détacher ses yeux de sa chevelure, elle fut ramenée à la réalité par l'auteur de cette coloration.

« Tu vas m'écouter bien gentiment et sans faire d'histoire maintenant, d'accord ? »

Elle avait prononcé ses paroles d'une voix lente en détachant chaque mot comme si elle parlait à une attardée mentale. Lilith releva ses yeux d'argent vers elle. Elle n'aimait toujours pas son ton méprisant, mais le sort qu'elle avait lancé avait réussi à éveiller sa curiosité. Elle lui adressa donc un regard silencieux ou toute peur s'était évanoui, laissant place à une curiosité insatiable. Elle se méfiait de cette inconnue, qu'elle sentait emprunte de mauvaise intentions. Mais son sort la fascinait. Aussi la petite albinos, plus si albinos que ça, pencha légèrement la tête sur le coté et écouta en silence la jeune fille, son regard la fixant d'une intensité dérangeante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Lun 27 Mai - 1:48

La morveuse contemple avec une certaine admiration la nouvelle couleur émeraude de ses cheveux anciennement blancs. Elle a l'air presque... satisfaite. Je fronce les sourcils, d'un air surpris. Je n'en reviens pas à quel point il est facile de la surprendre, dans le sens positif du terme. Mais c'est dommage, ce n'était pas réellement mon but.
Je dois tout de même avouer que je ressens de la fierté de voir une telle lueur dans ses yeux qui ferait presque penser qu'elle est devant Merlin en personne lorsqu'elle me regarde. J'aime qu'on m'admire et me respecte. Peut-être devrai-je l'accepter au rang de mes disciples (esclaves), afin qu'elle leur montre ce qu'est réellement la soumission devant une beauté, une intelligence et une puissance telle que les miennes. Je souris d'un petit air satisfait tandis qu'elle m'écoute, buvant presque mes paroles.

Je décide de faire preuve d'un petit peu de gentillesse, afin de lui montrer que j'apprécie qu'elle m'admire ainsi, et qu'elle ferait bien de continuer à s'incliner devant ma suprématie.
J'adoucis mon ton :
"Dis moi gamine, c'est quoi ton nom ? En fait laisse tomber, ce n'est pas important, mais sache que moi je suis Bridgestone, Asthartée Bridgestone, tu ferais bien de le retenir."
Je vois à son expression que mon nom, pourtant assez connu chez la communauté sorcière, ne lui dit rien. Ce n'est donc pas une sang pur, ni peut-être même une sang mêlée. Beurk, elle en devient encore plus méprisable.

Je décide de lui exposer le service que je vais lui imposer. Afin de faire plus bonne expression, je prend son menton entre mes longs doigts fins, et approche légèrement mon visage. Afin d'être un peu plus assortie à mon uniforme et à ses cheveux (un peu de patriotisme !), je change l'iris de mes yeux en une couleur verte brillante. J'espère qu'elle m'admirera encore plus ainsi, pour dire vrai. Mais pour être honnête, il est très rare que je colore mes yeux en émeraude, qui est pourtant leur couleur naturelle. Ça me rappelle trop mon père. Elle devrait donc être fière que je lui accorde cette faveur !
"Alors dis moi, petit insecte méprisable, tu connais la réserve ? Oui ?"

Je n'attend pas sa réponse et continue d'un air faussement malheureux :
"Tu vois, j'aurais besoin de quelques ingrédients pour... mmh... faire le bien autour de moi... mais je ne peux pas aller les chercher moi-même, je suis trop remarquable dans les couloirs. J'aurais besoin de quelqu'un d'un peu plus... d'un peu moins.... mmh... d'un peu plus discret, avec une plus petite taille. Telle que toi. Tu ne voudrais pas le faire pour moi ?"
Je sors une feuille de parchemin de ma poche pour y inscrire la liste de ce que je désire qu'elle emprunte (vole) afin que je puisse fabriquer mon Polynectar. En réalité je ne mens pas réellement lorsque j'affirme que c'est pour faire le bien autour de moi. Ça rendra la plupart des Serpentards heureux, non ?
Je termine, d'un ton légèrement évasif :
"De toute façon tu n'as pas le choix..."
J'attends sa réponse, avec une petite moue faussement innocente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Mar 28 Mai - 0:41

Peut être était ce le soudain changement d'attitude de Lilith, ou juste le fait qu'elle ait cessé de se débattre, mais lorsque la jeune fille brune parla de nouveau, sa voix s'était adoucie, devenant un peu mielleuse.

« Dis moi gamine, c'est quoi ton nom ? En fait laisse tomber, ce n'est pas important, mais sache que moi je suis Bridgestone, Asthartée Bridgestone, tu ferais bien de le retenir.  »

Ce nom ne disait rien à Lilith, aussi elle se contenta-t-elle de fixer la jeune fille d'un regard neutre légèrement curieux. Celle ci semblait pourtant s'attendre à une réaction devant l'édictions de son nom. Peut être était elle une personne connue dans l'établissement. Mais la petite albinos eu beau creuser sa mémoire elle ne se souvenait pas avoir entendu son nom durant son premier mois à Poudlard. Plantant son regard dans les yeux de son interlocutrice comme si elle cherchait à regarder au delà de ses iris rouges, la fillette se demanda un instant pourquoi l'inconnue se montrait si méprisante. Elle était loin d'être la seule à s'en prendre à elle, mais jamais encore Lilith ne s'était interrogé sur le but de leurs actions. Quels intérêts obtenaient ils à s'acharner sur elle ? Elle trouvait cela étrange quelque part.
La dénommée Asthartée attrapa alors le menton de Lilith entre ses doigts d'un geste léger. L'action n'était pas violente mais la petite albinos se demanda si elle l'appréciait vraiment. Elle pensa un moment repousser la main de la brune, mais resta immobile en voyant celle ci approcher son visage du sien et changer de nouveau la couleur de ses yeux. Cette fois Lilith était sûre de ne pas d'être trompée. La teinte des iris de son interlocutrice changeait véritablement ! La petite albinos faisait maintenant face à deux iris aussi verts que sa chevelure.
La fillette aurait pu apprécier bien plus cette couleur fraiche si elle n'avait pas ressenti autant de méfiance envers l'expression qui se dégageait d'un tel regard.

« Alors dis moi, petit insecte méprisable, tu connais la réserve ? Oui ? »

Lilith hésita à répondre. Bien entendu comme tout les élèves de première année elle avait entendu parler de la réserve ou le professeur de potion rangeait tout les ingrédients interdis aux élèves. Cet endroit leur avait été cité au début de l'année parmi la liste des endroits prohibés par les étudiants.
Mais Asthartée n'attendit de toute façon pas une quelconque réponse et reprit en prenant un air peiné :

« Tu vois, j'aurais besoin de quelques ingrédients pour... mmh... faire le bien autour de moi... mais je ne peux pas aller les chercher moi-même, je suis trop remarquable dans les couloirs. J'aurais besoin de quelqu'un d'un peu plus... d'un peu moins.... mmh... d'un peu plus discret, avec une plus petite taille. Telle que toi. Tu ne voudrais pas le faire pour moi ? »

Lilith était jeune et naïve, mais pas idiote. Elle sentait très bien que la brune mimait sa peine et que ses paroles étaient emplies de mauvaises intentions. Son regard lui même suintait le désir de nuir. Et puis si elle avait vraiment voulu faire le bien, jamais elle ne l'aurait traité ainsi. Néanmoins la petite albinos aux cheveux verts mis quelques secondes à réaliser ce que lui demandait réellement la jeune fille. Pendant ce temps, celle ci griffonna quelque chose sur un bout de parchemin sorti de sa robe. Chose faite, elle lui tendit la feuille et conclu d'un air dégagé, presque plus naturel que menaçant :

« De toute façon tu n'as pas le choix... »

Curieuse malgré elle, la fillette tendit une main et s'empara de la feuille pour lire ce qui était écrit dessus. Une liste d'ingrédients. De la peau de serpent d'arbre du Cap... Du polygonum... De la sisymbre de pleine lune... Lilith avait déjà lu ces ingrédients quelque part... Mais où ?
Elle réalisa soudain enfin ce que lui demandait réellement la jeune fille et ses yeux s'écarquillèrent. Voler ?! Dans la réserve ?! La petite poufsouffle en resta bouche bée. Elle avait déjà été témoin durant ce premier mois de pas mal d'actes illégaux produit par des élèves. Mais à ce point elle n'en avait encore jamais vu. Et cette Asthartée lui demandait en plus d'être l'actrice principale de cette violation du règlement !
Les yeux d'argent de l'albinos se levèrent de la feuille pour se plonger de nouveau dans ceux d'émeraude de son interlocutrice et elle garda le silence un bon moment, le visage faisant preuve d'une incroyable neutralité, comme souvent lorsqu'elle réfléchissait.
Quelques jours auparavant, elle n'aurait pas osé contredire la jeune fille plus grande qu'elle. Peut être se serait elle même faite endoctriner de force dans cette entreprise. Mais cinq jours plus tôt, elle avait rencontré Aria Black, une jeune fille de sa propre maison qui l'avait impressionnée par sa force de caractère et la volonté qu'elle avait démontré en faisant face à deux serpentard. Et à ce jour, Lilith ne rêvait plus que de lui ressembler plus tard. Aussi, après quelques secondes de silence, et se doutant très bien des conséquences, elle fronça les sourcils et défia du regard la jolie brune. Puis, lui retendant sa feuille de parchemin d'un geste décidé, elle prononça ce simple mot :

« Non. »

Sa réplique sembla jeter un froid glacial aux alentour. Même les chuchotements avaient l''air de s'être arrêtés exprès. Lilith sentit tout le mépris passer dans le regard de son interlocutrice et se planter dans ses yeux comme des dards acérés. Mais à aucun moment elle ne baissa les yeux malgré la boule qui commençait à se former dans sa gorge. Elle soutint le regard de la brune et osa même répliquer :

« Je ne volerais rien pour vous. Allez le faire vous même si ça vous chante. »

Derrière son mur de volonté farouche, Lilith réfléchissait. De la peau de serpent d'arbre du Cap et du polygonum... Elle avait lu ça dans un livre... Oui c'est ça. Un livre sur les modifications corporelles qui l'avait passionné la semaine précédente... Polygonum... Poly... Poly ?
La lumière se fit alors dans l'esprit de la fillette lorsqu'elle se souvint enfin. De la peau de serpent d'arbre du Cap ! Bien sûr ! L'élément principal à la réalisation de cette potion qui permettait de prendre l'apparence de quelqu'un d'autre. Polypollen... Ou Polymiel... Une recette dont les élèves n'avaient normalement pas accès à tout les détails.
Sans pour autant quitter son expression, Lilith se demanda ce que la jeune fille pouvait bien vouloir faire avec une telle préparation... Rien de bon sans doute.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Mer 29 Mai - 17:16

Je reste quelques secondes abasourdie, bras balants et bouche ouverte, tandis que l'albinos exprime son refus devant mon autorité. Je n'ai pas l'habitude que des idiotes en son genre me tiennent tête. Ou même qu'on s'oppose à moi en général (mis à part quelques suicidaires dont je juge inutile de donner le nom).
Je secoue légèrement la tête, histoire de reprendre mes esprits. Comment une gamine a-t-elle osé me répondre sur ce ton ?!

Je sens mon sang se glacer dans mes veines, et mon visage se durcir sous le coup de la colère. Je la fixe, yeux dans les yeux. Pas avec une lueur méprisante cette fois, mais bien une lueur froide, glacée, dangereuse.
Je siffle, d'une voix tout aussi glaciale :
"Pardon ?!"
Elle soutient mon regard, je soutiens le sien. Je ne baisserai pas les yeux la première, elle ne fais pas le poids.
Je ne veux pas qu'elle se sente supérieure à moi suite à cet événement. Elle est, et restera à jamais, un être inférieur, dont la misérable existence n'a aucune importance.
"Je ne crois pas t'avoir donné le choix, il me semble.", je rétorque. "Ici c'est moi qui donne les ordres, et moi seule. "

Aujourd'hui est tellement une mauvaise journée que j'en perds mes moyens. Ils se sont donné le mot ou quoi ?! Tout d'abord, ce temps infernal, pluvieux et sombre ; ensuite, mon traître de frère qui se laisse embarquer dans des gamineries avec des Sang de Bourbes (quoique ça m'est totalement égal, qu'est-ce que vous croyez ?) ; après, l'espèce de cadavre qui sert de chat à cette attardée de Ledger qui décide de manger mon devoir de métamorphose ; puis, tout ce monde à la bibliothèque qui m'empêche de réviser j
convenablement ; et pour finir cette horrible morveuse qui me tape sur les nerfs ! Je dois être maudite !

Mes doigts blanchissent et craquent tant j'empoigne fort ma baguette.
J'inspire profondément. Du calme Astha', caaaaalme !
Non. Je n'arrive pas à me soulager.
Mon esprit et ma conscience quittent mon corps l'espace de quelques instants. Je sens ma main se lever, s'abattre violemment sur la joue de l'albinos. Tant mieux, elle l'avait mérité.
Puis, je me rends compte du geste que je viens de faire. Où plutôt de l'endroit où il a eu lieu. Je vois des dizaines d'yeux braqués sur ma personne. J'espère que ceux de la bibliothècaire n'en font pas parti... Je me vois mal arriver à justifier le fait que j'ai giflé une première année (la coloration de cheveux peut passer pour un service, compte tenu de l'admiration que la naine semble porter à cette nouvelle couleur).

C'est la première fois (si on oublie les fois où j'ai hurlé et agit en conséquence sur des débiles qui m'empêchaient de travailler, mais ça ne compte pas), je dois l'avouer, que je perds contrôle et que je me lâche dans un endroit tel que la bibliothèque de Poudlard. Généralement je suis plutôt calme dans les lieux publics. Enfin, prudente et réfléchie surtout. Je tiens trop à l'image d'élève modèle que j'ai devant enseignants et préfets.
Bon, je ne vais pas mentir, il m'arrive parfois d'être un peu... désagréable avec certains de mes camarades. Mais toujours loin du corps professoral.
Mes mauvais coups (si on peut les appeler ainsi) se font toujours dans l'ombre (c'est moins risqué), je compte sur les plus extravagants (ou idiots, c'est au choix) pour attirer l'attention sur eux.

Je pâlis légèrement. J'espère que mon geste ne sera pas répété au directeur, qui risque de m'enlever des points et de m'exclure de l'école. Aaaaah, quelle horreur !
Quoiqu'il doit tout de même être plus préoccupé par certains imbéciles qui utilisent des sortilèges impardonnables en classe (et qui, plus grave encore, qui font perdre cinquante points d'un coup à leur maison. Je suis assez rancunière.). Aucun risque pour moi alors, non ?
Je jette un regard autour de moi, me demandant si quelqu'un ici a les capacités de me reprocher mon comportement. Mes yeux s'arrêtent de nouveau sur cette insupportable gamine.
Je décide de mettre les choses au clair.
Je clame aux curieux qui me fixent :
"Qu'est-ce que vous avez tous à me fixer avec ses yeux de poissons ?"
Je termine, en murmurant juste assez fort pour que la morveuse soit la seule à pouvoir m'entendre :
"Et toi, tu fais ce que je t'ai dis sans discuter, ou alors je te promets que je te ferais regretter d'être née..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Jeu 30 Mai - 1:08

Jamais Lilith n'avait perçu une telle tension dans l'air.
La température semblait avoir chuté de plusieurs degrés. Le nœud dans la gorge de la petite albinos augmenta. Si la première réaction de la jeune fille brune face à son refus téméraire avait été la surprise, son regard n'exprimait à présent plus aucune stupeur. Seulement une froideur presque palpable. Ce simple regard semblait transpercer la fillette, comme si rien n'aurait fait plus plaisir à son propriétaire que de déchiqueter violemment l'insolente.

« Pardon ?! » prononça la concernée d'une voix si glaciale que Lilith senti également une boule se former dans son estomac.

Asthartée Bridgestone lui offrit un regard brûlant de colère. La négation de sa victime semblait la mettre hors d'elle. Malgré son angoisse grandissante, la fillette face à elle continua de soutenir son regard. Elle se doutait de jouer un jeu dangereux, mais maintenant qu'elle avait fait le choix d'être pour une fois, autre chose qu'une victime docile, elle ne pouvait pas retourner en arrière. L'aurait elle voulu d'ailleurs ?

« Je ne crois pas t'avoir donné le choix, il me semble. Ici c'est moi qui donne les ordres, et moi seule. » cracha de nouveau la brune.

L'angoisse de la petite albinos ne fit qu'augmenter. Mais la volonté dans son regard n'avait pas flanché, maintenu par le souvenir d'Aria qui occupait son esprit. Elle attendit donc, droite comme un I, la sentence qui n'allait pas tarder. Étrangement, au delà de la peur qui serrait son cœur face à la terrible colère de son bourreau, elle sentait un mince mais bien réel sentiment de satisfaction. Sa tentative de rébellion, si futile soit elle de la part d'une gamine de son âge, n'avait pas récolté comme elle s'y était attendu moqueries et éclat de rire sardoniques. Elle avait littéralement mise hors d'elle son bourreau. Une preuve quelque part, qu'elle ne se battait aujourd'hui pas dans le vide.
Mais si vraie fut cette logique, elle ne retirait en rien l'inquiétude que ressentait Lilith face à la suite des évènements. Elle sentait qu'elle ne pourrait désormais plus échapper à la colère de son agresseur. Si avant cela elle n'avait été sans doute qu'une victime que la jeune fille aux yeux verts utilisait pour se passer les nerfs, il était évident maintenant qu'elle venait de passer au rang de cible à abattre. Une victime qui se rebellait était très mal vue chez les bourreaux. Ils étaient la tâche tenace à éliminer sur un torchon, l'épine à retirer du pied.
Malgré toute sa volonté, la violoniste ne pu s'empêcher de déglutir discrètement, redoutant ce qui allait suivre.

Le visage blanchi par la colère, Astharthée Bridgestone réagit alors si vite que Lilith n'eut même pas le temps de cligner des yeux. Sa main se leva et à la vitesse d'un éclair fusa sur le visage de la petite albinos, lui assénant un gifle sans la moindre retenue.
Ce geste, plus que tout ceux qu'aurait pu avoir la jeune fille tétanisa littéralement la fillette. Les yeux écarquillés, elle resta un bon moment figée sur place, la tête tournée sur le coté, dans la position dans laquelle la baffe l'avait entrainée. Une vilaine trace rouge se forma rapidement sur sa joue droite et une larme solitaire roula du coin de l'œil de sa propriétaire. Mais le plus impressionnant, bien qu'il ne se voit pas en apparence, était le chaos qui s'installait de nouveau dans l'esprit de la fillette. Une partie de son esprit était toujours occupé par sa volonté farouche et sa lucidité qui s'attendait à une telle réaction. Cette partie luttait néanmoins contre la seconde, plus violente, composée des souvenirs les plus noirs de la fillette qui refaisaient de nouveau surface pour la torturer.

Un bureau ostentatoire...
Un homme assis dans un fauteuil de cuir rouge...
Une colère noire... Et puis la gifle... Violente, implacable...


Luttant pour ignorer la voix de l'homme monstrueux de son passé, Lilith remit enfin sa tête dans une position normale, baissant la tête pour cacher de nouveau son regard dans l'ombre de ses cheveux, une main posée sur sa joue brûlante. En proie à un véritable combat intérieur, la fillette n'entendit même pas la jeune fille renvoyer à leurs occupations les curieux qui regardaient la scène d'un ton froid et convainquant. Restant totalement immobile dans sa position, elle ne bougea même pas lorsque Asthartée s'adressa de nouveau à elle, plus glaciale que jamais :

« Et toi, tu fais ce que je t'ai dis sans discuter, ou alors je te promets que je te ferais regretter d'être née...  »

Seul un léger tressautement dans le coin gauche de sa bouche indiqua que Lilith l'avait entendu. Totalement figée, elle resta un moment ainsi, le regard toujours dans l'ombre, à tel point que l'on aurait pu se demander si elle allait répondre. Une nouvelle larme unique roula le long de sa joue jusqu'à son menton.

La voix de la jeune fille et de l'homme se mêlaient dans sa tête, créant un fourbi indescriptible qu'elle s'efforçait de trier. Elle sentait qu'une partie de son esprit s'était déconnecté de la réalité, et luttait pour que celle qui restait ne la suive pas. Des myriades de sentiments traversaient sa tête, à tel point que seule sa volonté fragilisée mais toujours présente semblait stable.
« Je te ferai regretter d'être née... » « Tu es un immondice qui n'aurait jamais du voir le jour... » « Petite limace méprisante... » « Fille de stupre... ». Tout ces mots, toutes ces insultes semblables bourdonnaient à ses oreilles.
Alors, un autre sentiment se dressa face à sa volonté, faux allié qu'elle n'avait pas ressentit depuis longtemps. La colère.
Lorsque Lilith ouvrit de nouveau la bouche, elle parla d'une voix étrange malgré son timbre neutre, comme si elle s'adressait à plusieurs personnes :

« Des monstres. »

Enfin son regard se releva, et ce fut la colère qui régnait lorsqu'elle le planta dans les yeux d'émeraude face à elle.

« Vous êtes tous des monstres. »

Le timbre totalement neutre de sa voix avec de telles paroles et un regard si noir faisait presque froid dans le dos.

« Pourquoi n'aurais je pas le droit de vivre moi aussi ? C'est vous qui n'auriez pas du naître. »

C'était comme si elle s'adressait à quelqu'un qui se serait dissimulé dans le corps d'Asthartée tant ses paroles semblaient étranges et décalées du propos. Lilith elle même ne savait plus très bien à qui elle s'adressait. La jeune fille froide ? Ou le fantôme d'un homme cruel... Mais elle ne parvenait pas à stopper le flux de ses mots, comme si une partie de la rancœur couvée par son esprit se déversait par sa bouche.

« Je n'ai plus peur de vous. Je ne vous obéirais pas. Plus jamais. »

Cette fois, ce n'était plus vraiment de la volonté. La fillette semblait se tenir entre deux réalités parallèle dans lesquelles l'avait plongée la gifle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Mar 4 Juin - 18:52

J'avoue que je suis toujours aussi étonnée par la sensibilité infantile. Que cette naine laisse échapper une larme de douleur tandis que je lui inflige une gifle, passe encore. Mais pourquoi éclater en sanglots alors que je ne fais que lui reprocher son insolence ? Il ne me semblait pas être aussi pleurnicharde à son âge, ni même avant. J'ai toujours refoulé mes larmes, même lorsque mon père m'humiliait. En fait, pour être honnête, je ne comprends pas comment certaines personnes peuvent exposer ainsi leurs émotions à la vue de tous. Les sentiments sont pourtant le reflet de nos faiblesses, tout le monde sait ça (enfin, moi en tout cas, je le sais).

Je ressens tout de même un peu de peine pour elle, je ne suis pas comme ces brutes sans coeur que la souffrance pour la souffrance rend heureux. Je me reprends, pensant aux paroles de mes parents : "Asthartée, tu ne dois pas déshonorer la famille Bridgestone. La compassion n'existe pas dans ce monde, nous sommes les plus puissants, et nous nous devons de le montrer."
Il suffit d'avoir un point de vue objectif, c'est tout. Je la regarde, la tête légèrement penchée sur le côté. Je trouve qu'elle ressemble à mon chat lorsqu'il essaie de me persuader de lui donner du chocolat (ce qui échoue toujours, je ne craque jamais). Je ris, il faut avouer que c'est drôle. C'est vrai qu'imaginer ça m'aide à arrêter d'éprouver de la sympathie. Je ressens... de la pitié maintenant. Elle est pitoyable, elle se prend pour une rebelle d'opérette en me traitant de monstre. Elle ne se rend pas compte que ses paroles n'ont aucun effet sur moi. Je ricane de plus belle. Je ne comprends pas à présent comment j'ai pu être quelques instants troublée par ses larmes. Je devais être un peu perturbée, je pensais à ma famille, ça doit être pour ça. Je ne suis pas sujette à la sensibilité moi.

Elle parle, parle, parle, et ne se rend même pas compte que j'ai cessé de l'écouter. De toute manière, quel intérêt ? Pour l'entendre s'appitoyer sur son sort de petite malheureuse, merci bien ! Elle doit apprendre à se défendre et à se faire respecter, c'est tout. Mais qu'elle ne compte pas sur moi pour le lui enseigner, j'ai beaucoup d'autres choses plus intéressantes à faire. Elle affirme d'une voix étrange, comme sortie d'un autre monde, qu'elle n'obéira plus jamais à personne. Je lève les yeux au ciel. Les morveux en crise d'adolescence qui cherchent à affirmer leur pseudo-courage ont le don de m'importuner. Et de toute façon je ne lui laisserai pas le choix, je suis du genre à toujours terminer ce que je choisis d'accomplir. Et ce que je veux faire maintenant, c'est trouver quelqu'un qui volera pour moi des ingrédients dans la réserve. Elle devrait pourtant être émerveillée que mon choix ce soit porté sur elle ! Je décide d'entrer dans son petit jeu, et c'est d'une expression sérieuse que je lui affirme :
"Je suis de bonne humeur aujourd'hui, tu as de la chance. Je décide donc de te donner le choix, profite donc de ma gentillesse. Soit tu vas prendre dans la réserve ce que je t'ai demandé, soit tu me donne le nom de quelqu'un d'autre qui le fera à ta place. Réfléchis bien !"
Dans tous les cas, j'aurai mes ingrédients, puisque je trouverai un pigeon pour faire les mauvaises besognes. J'ose néanmoins que ça sera cette... albinos, qui par grande loyauté poufsoufflienne, se devouera. Elle a eu le don de m'énerver, et je compte bien lui rendre la pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Ven 14 Juin - 10:45

Lilith restait figée entre ces deux mondes séparés.
D’un coté elle se trouvait face à cette jeune fille méprisante qui la menaçait de ses mots et de sa baguette, et de l’autre John McHerson qui lui ordonnait d’obéir et de jouer.
De nouveau, elle du faire preuve d’un effort mental extrêmement poussé pour opposer sa volonté à la chose qui prenait de plus en plus d’espace dans son esprit. Au prix d’une intense persévérance, elle parvint à accorder suffisamment ses pensées pour effacer l’image de son beau père et revenir à la réalité. Ses yeux quittèrent le flou dans lequel ils étaient plongés et elle croisa pour de bon le regard de la jeune fille brune. Celle-ci riait.
Lilith fronça les sourcils. Elle n’avait jamais comprit cette façon qu’avait les gens de rire bêtement  face aux problèmes des autres. Elle-même ne riait que lorsqu’elle se sentait joyeuse. Et quelle joie pouvait-il bien y avoir dans le malheur d’une autre personne ?
Au moins, elle était revenue à la réalité, même si elle sentait son esprit à deux doigts de repartir à nouveau. Il fallait qu’elle quitte cet endroit, qu’elle s’éloigne de cette fille et de ses manigances et qu’elle se réfugie dans un endroit où elle pourrait être seule pour retrouver son calme et laisser le temps à sa barrière mentale de se reformer.
 
La dénommée Asthartée cessa soudain son hilarité et son air redevint sérieux. Mais Lilith savait lire dans les regards et la lueur de malice qu’elle aperçu dans les iris rouges ne la trompa pas sur le changement d’attitude de son agresseur. Aussi lui répondit-elle avec un regard qui témoignait de son antipathie. Mais lorsque la jeune fille se mit à parler, la petite albinos écarquilla les yeux en entendant ses mots :
 
« Je suis de bonne humeur aujourd'hui, tu as de la chance. Je décide donc de te donner le choix, profite donc de ma gentillesse. Soit tu vas prendre dans la réserve ce que je t'ai demandé, soit tu me donne le nom de quelqu'un d'autre qui le fera à ta place. Réfléchis bien ! »
 
Lilith pâlit. Le ton de la voix de la brune n’était plus mielleux ni méprisant. Elle avait apparemment cessé de lui parler comme à une fille mentalement limitée ou à une créature particulièrement répugnante. Elle s’adressait à elle comme à une grande personne, et ses mots ne trompaient pas sur leur sous entendu.
« Soit tu vas prendre dans la réserve ce que je t’ai demandé, soit tu me donnes le nom de quelqu’un d’autre qui le fera à ta place. »
Par cette phrase, la dénommée Asthartée sous-entendait clairement que si la petite albinos ne faisait pas ce qu’elle demandait, elle s’en prendrait à une autre personne, peut être de son âge. La fillette recula d’un pas, osant à peine en croire ses oreilles. Ce chantage était si… ignoble. Qu’on s’attaque à elle, ça elle avait l’habitude même si ce jour là elle trouvait ça particulièrement difficile à supporter mentalement. Mais menacer de lui laisser sur la conscience la souffrance d’une autre personne si elle n’obéissait pas… Les yeux de Lilith en restaient grands ouverts, non pas de peur, mais figés dans une expression presque choquée.
Puis la colère anima de nouveau son regard, et elle fusilla la jeune fille des yeux. Elle ne connaissait cette Asthartée que depuis quelques minutes, mais elle sentait déjà qu’elle ne l’aimait vraiment pas.
Mais au delà de sa colère, Lilith sentait qu’elle était désormais piégée. Si elle continuait à tenir tête à son agresseur, celle ci se rabattrait sur un autre élève qui subirait les mauvais traitements à sa place… Non, Lilith ne pouvait pas s’y résoudre. Que quelqu’un qu’elle ne connaissait pas subisse ce qu’elle même subissait à longueur de temps.
Elle jeta un nouveau regard antipathique à Asthartée. La jeune fille était intelligente, plus que tout ses agresseurs habituels. Au vu de son air sérieux, elle avait sans du deviner que la fillette ne laisserait pas un autre enfant souffrir à sa place, qu’elle le connaisse ou non, et avait joué sur la « fidélité » de la petite albinos.
Intérieurement, la violoniste soupira. Elle ne parvenait décidément jamais à ignorer sa conscience, même lorsqu’il s’agissait d’inconnu… Mais peut être était ce pour ça que le choixpeau l’avait envoyée à Poufsouffle.
Elle marqua un temps d’arrêt, puis d’un geste sec et furieux, elle arracha des mains de son interlocutrice la feuille contenant les ingrédients qu’elle lui avait demandé de voler.
Et avec un dernier regard perçant à Asthartée, elle tourna les talons et alla au comptoir pour emprunter le livre qu’elle voulait.
Si elle parvenait à entrer discrètement dans la réserve d’ingrédients et récupérer rapidement ce que voulait la jeune fille, elle pourrait peut être terminer vite cette affaire et l’oublier.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asthartée Bridgestone
Occlumens

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 06/04/2013
Année / Emploi : 5ème année
Composition de la baguette : bois d’orme , ventricule de dragon, 29cm, rigide : parfaite pour des sorts et enchantements puissants, mais néanmoins élégants.
Animal de compagnie : un chat de race gris aux yeux bleus nommé Gribouille.


MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   Sam 15 Juin - 19:45

Spoiler:
 

Je peux voir la gamine pâlir à vue d'oeil tandis que je lui offre le choix entre ces deux possibilités. Je sais que je lui expose un dilemme, qui lui causera sans aucun doute du tort. Elle n'avait qu'à pas me chercher. Ni même me bousculer d'ailleurs, ça lui aurait évité bien des tracas. Je la fixe d'un petit sourire satisfait, attendant sa réponse.  
C'est étrange, on dirait presque qu'elle est sous le choc. Pourtant, je ne vois pas ce qu'il y a de saugrenu dans ce que j'ai dit. Ça me parait tout à fait normal, à vrai dire. Enfin bon, ne nous attardons pas sur ce sujet, c'est elle qui est bizarre, un point c'est tout. Il suffit de voir sa couleur de cheveux pour le remarquer (le vert que je lui ai infligé lui va beaucoup mieux !). Bon, d'accord, ce n'est pas sa faute si elle est albinos, mais même ! Je n'aime pas les gens qui sont différents. Ou plutôt, ceux qui ne me ressemblent pas. Enfin bref.

La naine a enfin l'air d'avoir fait son choix, et c'est d'un air furieux qu'elle m'arrache mon parchemin des mains. Je ris, c'était prévisible après tout qu'elle se dévoue d'elle-même. Ce qui l'était un peu moins, c'est le fait qu'elle m'ait fusillée du regard. Mais bon, la lueur de peur typique des gens de son espèce enlèvent toute crédibilité d'une pseudo-menace qu'elle pourrait insinuer.
"Félicitations, tu as fait le bon choix.", je souffle d'un ton solennel.
Elle quitte la bibliothèque d'un ton rageur après avoir emprunté son livre, se dirigeant vers la réserve. C'est génial, mon plan va bientôt pouvoir être mis à exécution. Il ne me reste plus qu'à trouver un pigeon, euh pardon, un partenaire de Septième année afin obtenir de l'aide pour la réalisation de ma potion. Ce qui s'avèrera sans aucun doute assez simple.
Je retourne à ma table, range soigneusement mes affaires dans mon sac, et me dirige à mon tour vers les cachots.
J'espère que l'albinos ne ratera pas son coup. Ça serait bête. Quoique je devrai peut-être la dénoncer (après avoir récupéré mes  ingrédients bien sûr), histoire qu'elle écope de quelques heures de retenue bien méritées. Mmh... non, trop risqué pour moi.
Mouais, après tout, je n'ai aucun intérêt à m'acharner sur elle. Elle n'en vaut pas la peine. Je planifie donc de la laisser en paix une fois qu'elle m'aura rendu ce petit "service". J'ose espérer qu'elle saura se faire oublier. Sinon, gare à elle.

TERMINÉ !! /o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Livre marin et rencontre inattendue [PV Asthartée Bridgestone]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fête du Livre
» Renom et Wanted du tigre marin !
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Uglies, un livre....prettie ? ^^
» éditeur de livre sur les arcs et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aiguise Méninges :: Poudlard et ses environs ::   :: La bibliothèque-
Sauter vers: