AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]   Mar 7 Mai - 23:40

Mercredi 18 septembre ; 19H30 ; couloirs du Cinquième étage.

L'horloge présente dans le couloir venait de sonner 19h30.
Lilith releva les yeux du plan de fortune qu'elle avait essayé de tracer les semaines passées pour tenter de s'orienter dans les couloirs labyrinthiques de Poudlard. Une peine perdue. Tout dans cette école semblait bouger et changer de place. Les personnages dans les tableaux qui se déplaçaient d'une toile à l'autre, les armures qui ne s'immobilisaient qu'en voyant quelqu'un approcher, et même, Lilith l'aurait parié, les tapisseries et les sculptures. Tout semblait doté de vie propre et créé pour que les élèves de première année ne retrouve pas leur chemin.
Lilith soupira et replia son papier, aussi inutile que s'il avait s'agit d'un plan du métro de Londres. Maintenant elle ne pouvait plus le nier, elle était perdue. Bon ça faisait au moins la quatrième fois en deux semaines mais quand même c'était toujours désagréable. Sentant que marcher était inutile puisqu'elle n'avait pas la moindre idée d'où elle se trouvait, la petite albinos s'arrêta et observa les alentours. Elle se tenait dans un couloir assez large ou s'alignait une rangée d'armures armées de hallebardes à l'air menaçant. Les seuls décorations des murs était de larges tapisseries représentant des scènes étranges de magiciens en train de combattre des créatures invraisemblables.
Lilith se frotta les avant-bras de ses mains. Elle n'aimait pas cet endroit. Il était sombre, sans fenêtre et froid autant dans son apparence que dans sa température. Cherchant un peu de réconfort, elle plongea sa main dans la sacoche qui quittait rarement son épaule et en sorti son violon en acajou qu'elle serra contre elle, comme elle le faisait souvent quand elle avait besoin d'être rassurée.
Soupirant de soulagement après ce geste, elle se décida à reprendre son chemin, ne sachant trop si elle préférait quelqu'un la trouve ou qu'on ne la trouve pas dans les couloirs le soir.
Tout en marchant, elle se mit à repenser à ces trois dernière semaine qui avaient marqué son arrivée à Poudlard.

Après l'avoir gardée presque 3 mois à l'hôpital, les medecins de Saint Mangouste avaient finalement décidé qu'elle avait le droit de sortir. Ils l'avaient aussitôt confié à une tutrice, Mme Stenford, une femme d'une trentaine d'année, plutôt neutre d'expression. Lilith ne savait pas trop si elle aimait ou pas cette femme, mais celle ci s'était montré aimable avec elle, faute d'être gentille ou affective, et elle n'avait rien à lui reprocher. Mme Stenford avait annoncé qu'elle allait la prendre en charge jusqu'à ce qu'elle parte pour Poudlard.
Sa première action avait été d'amener Lilith à un endroit appelé « Le Chemin de Traverse ». Lilith ne saurait décrire l'émerveillement qu'elle avait ressenti en découvrant ce lieu. Lorsque sa tutrice lui avait fait prendre la « poudre de cheminette » ̶ la petite albinos trouvait d'ailleurs étrange d'emprunter une cheminée pour aller faire ses courses scolaire mais elle avait gardé le silence ̶ Lilith avait atterri dans un petit bar à l'aspect plutôt miteux où des gens bizarres buvaient toutes sorte de breuvages. Gardant ses questions pour elle, elle avait attendu que sa guide la rejoigne et l'avait suivi dans l'arrière boutique. Là, la femme avait sorti une sorte de baguette de bois qu'elle avait utilisé pour tapoter une brique sur le mur. Et le mur... s'était mis à bouger. Lilith avait regardé avec stupeur un passage se creuser dans les briques pour leur laisser l'accès à une nouvelle rue. Et quelle rue ! Lilith avait emboité le pas de sa tutrice, jetant des regards fascinés autour d'elle. Tout dans cette rue semblait avoir été construit pour l'émerveiller, des enseignes aux formes originales aux contenu extravagants des vitrines, en passant par les passant habillés de robes et vêtements colorés de plein de teintes différentes. C'était encore plus incroyable qu'elle ne l'avait imaginé lorsque sa mère lui racontait. Il y avait des vendeur... d'à peu près tout ce qui n'était pas ordinaire ! Des marchands de potions aux effets étonnants, des boutiques de balais volants, des enseignes indiquant la vente de hiboux et de crapaud faisant des bulles multicolores.
Pour la première fois depuis le meurtre de sa mère, un vrai sourire joyeux s'était dessiné quelques secondes sur le visage de Lilith.
Malgré l'attitude toujours neutre de sa guide et son point de vue pragmatique sur les achat, la fillette avait passé une journée incroyablement merveilleuse. Visitant la moindre échoppe, même la plus incongrue pour voir ce qu'elle contenait. Un partie des fonds de son beau père lui ayant été attribué par obligation d'héritage, elle avait pu se payer ce que sa liste de fourniture lui demandait. Elle avait en revanche refusé de prendre un animal bien que Mme Stenford le lui ait elle même proposé. Elle n'aimait pas voir un animal enfermé, fut il aussi bien traité que possible. Elle préférait les voir courir dans la nature.
La partie la plus déroutante de ces courses hors du commun avait sans aucun doute été l'achat de sa baguette, et la rencontre avec le vendeur, un certain monsieur Ollivander. Après une série de test étranges ou la petite albinos n'avait pas tout compris de ce qu'il s'était passé, elle était repartie de la boutique avec en main un étui contenant une baguette semblable à celle qu'elle avait vu dans les main de sa tutrice. Un baguette qui l'avait « choisi » d'après les propres mots du vendeur. Lilith avait hâte de voir ce que pouvait faire cette objet intriguant, mais sa guide avait annoncé la fin de la journée de courses et l'avait ramenée à l'auberge, sans lui laisser le temps de rechigner.
Les jours suivants, Lilith les avait passé à l'auberge à parcourir ses livres de cours. Elle n'avait pas le droit de sortir sur le chemin de traverse sans l'accompagnement de sa tutrice, et celle ci s'absentait souvent pour régler des détails administratifs. Mais la jeune fille s'en moquait, elle était passionnée par ce qu'elle découvrait dans ses livres. Il y avait tant de nouvelles choses à apprendre ! Tant de nouveautés à découvrir ! Son coeur faisait des bonds dans sa poitrine à chaque phrase qu'elle lisait, se réanimant d'une vie qui l'avait quitté à la mort d' Irina.
Puis était arrivé le jour du départ. Mme Stenford l'avait accompagné à une gare de Londres : King Cross. Sans lui donner d'explication, elle l'avait fait marcher droit sur un mur en poussant son chariot d'une main, et la tenant de l'autre. Lilith avait d'abord pensé qu'elles allaient se prendre le mur de plein fouet, mais au lieu de cela, elles l'avaient traversé comme s'il avait s'agit un mirage. Et elles avaient atterri dans une gare bien différente de la précédant. Dans un style beaucoup plus ancien, elle contenait une seule locomotive, d'un rouge vif, semblant sortir d'une autre époque, ainsi qu'une foule de jeune gens et d'adultes discutant et s'activant autour des wagons. Lilth s'était immédiatement sentie intimidée et elle n'avait plus dit un seul mot, se contentant de saluer sa tutrice d'un petit signe de la main lorsqu'elle l'avait fait monter dans un wagon avec sa valise. Celle ci lui avait répondu en lui adressant son premier sourire, presque imperceptible.
Et maintenant, cela faisait plus de deux semaines qu'elle était à Poudlard, s'émerveillant devant la moindre découverte, se passionnant de chaque cours qu'elle écoutait avec une attention extraordinaire. Elle avait rapidement compris qu'elle aimait cet endroit. Il est vrai qu'elle se perdait souvent dans les couloirs, et que sa nature timide et renfermée faisait qu'elle était plutôt seule, mais tout cela était largement compensé par l'ambiance qui régnait dans cette école. Une ambiance... magique !
Le premier jour, on leur avait parlé des quatre maisons. Cela semblait très important pour tout le monde, mais la petite albinos n'avait pas compris tout de suite cette importance. Néanmoins, lorsqu'on lui avait mis ce grand chapeau sur la tête et que la petite voix lui avait parlé dans sa tête avant d'annoncer dans toute la salle « Poufsouffle ! », Lilith avait soudain ressenti l'importance de ce choix, et de ce moment. Elle s'était soudain senti membre d'une famille inconnue, et ce sentiment l'effrayait autant qu'il lui faisait ressentir une bulle de chaleur dans la poitrine. Les personnes à sa table l'avaient accueilli avec des cris et des geste amicaux, et la fillette s'était sentit si intimidée qu'elle avait un moment songé à fuir très loin de la large salle où ils se trouvaient. Mais elle s'était assise, et ne l'avait jamais regretté.

Lilith interrompit ses réflexions en apercevant quelque chose briller à sa gauche. Elle se stoppa de nouveau et jeta un œil à une armure. Il lui semblait l'avoir vu briller un instant. Un petit éclat lui parvint de nouveau. Elle comprit alors ce n'était pas l'armure qui brillait : devant son nez, une sorte de sphère de verre flottait dans les airs. C'était un belle objet parfaitement sphérique sans défaut qui projetait d'étranges éclats brillants. Curieuse, la petite albinos tendit la main pour l'attraper. L'objet eu alors un mouvement agile sur le coté et esquiva sa main. De plus en plus intriguée, Lilith tenta de nouveau de l'attraper, plus rapidement cette fois. L'objet l'évita encore une fois et s'agita dans les air comme pour la narguer. Un petit sourire amusé se dessinant malgré la situation sur les lèvre de la fillette, elle se lança alors à sa poursuite, s'acharnant à essayer de l'attraper. Plusieurs fois elle failli y arriver mais à chaque fois l'objet lui échappa. Une euphorie amusée avait chassé ses angoisses alors qu'elle bondissait après la sphère.
Jusqu'à ce qu'elle arrive devant une porte. Que la sphère poussa pour entrer. Lilith entra à sa suite, et reçu alors un gros sceau d'eau sur la tête. Trempée de la tête aux pieds, elle resta immobile, les yeux écarquillés d'incompréhension. Un ricanement aigu retenti alors dans la pièce et un petit personnage translucide habillé de façon extravagante apparu dans les airs, la sphère dans ses mains.

« Voiiilà maintenant tu es toute propre, ce sera plus facile pour retrouver ton chemin ! Tu brillera plus dans le noir ! »

Il émit un caquètement moqueur pendant que Lilith lui jetait un regard totalement figée par la surprise, les bras écarté, dégoulinante d'eau. Elle savait très bien qui était ce personnage, on les avait suffisamment averti sur le caractère facétieux de Peeves, un esprit frappeur, et sur ses blagues très « extrêmes ». Mais c'était bien la première fois qu'elle subissait personnellement l'une de ces blagues. Avant qu'elle ai pu réagir, le petit homme fit une pirouette dans les airs et lui jeta un regard brillant de malice.

« Mmmmmh. Au cas ou je devrais t'en remettre une petite couche, il ne faudrait pas qu'on te manque, je m'en voudrais ! »

Trois secondes plus tard, Lilith sortait de la salle en courant et criant, poursuivi par l'esprit qui tentait de la viser avec des ballons gorgés d'eau qu'il avait caché dans la pièce.
Son poursuivant sur les talons, Lilith couru au hasard des couloirs, tentant d'échapper à une nouvelle « trempette »...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leander Crewe
Le préfet qu'il vous faut

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 01/05/2013
Année / Emploi : 7ème année
Composition de la baguette : Sapin et licorne
Animal de compagnie : Flaireur (Ingrid)


MessageSujet: Re: Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]   Dim 12 Mai - 16:45

La nuit commençait à tomber sur Poudlard, le ciel s’obscurcissant ramenait au bercail les élèves les plus intrépides. Bientôt ce serait l'heure de manger, de travailler sagement dans sa salle commune et de ronfler jusqu'au retour du soleil. Pour Leander, comme pour tous les préfets, le programme déviait un peu de ce schéma réjouissant pour la simple et bonne raison qu'ils passaient les premières heures de la nuit à se promener dans les couloirs en quête d'un élève téméraire ou plus probablement d'un premier année terrorisé.

Les premiers jours de septembre, Leander les surnommait "la saison des perdus". Alors que son temps travail préfectoral était rempli la majeur partie de l'année par des courses poursuites entre imbéciles dans les couloirs ou du tapage nocturne dans les dortoirs; pendant ces quelques semaines, il devait se consacrer à l'orientation des plus jeunes. Il fallait dire que Poudlard était plus qu'un labyrinthe et trouver sa salle de classe relevait de la course d'orientation, mais quand même. Etaient-ils obligés de tous se perdre tous en même temps ? Cet instinct grégaire le faisait penser à ces dizaine de dauphins qui s'échouaient en même temps sur les plages sans raison particulières ou connues du moins. Il fallait croire que le cerveau de ces pré-adolescents étaient constitué d'une manière... tout aussi absurde.

Il montait les marches des escaliers pour accéder au cinquième étage quand un tableau de sorcière l'interpella. Le jeune homme s'immobilisa et se tourna vers la petite toile d'huile. Une femme installée dans un fauteuil à basculer, dodelinait de la tête. Pendant un instant, il crut avoir halluciné. De toutes évidences, cette peinture n'avait rien à lui dire. Mais alors qu'il s’apprêtait à reprendre sa route, la sorcière cria son nom une nouvelle fois. Excédé, Leander pressa son nez contre le cadre.

"QUOI ?"

Lança-t-il avec humeur. La bonne femme répondit par un sourire bienveillant et continua à se balancer. Son regard attiré par le caractère brillant d'un petit encart encastré dans le bord du tableau, lui apprit qu'il se trouvait devant le portrait de la très célèbre érudite Louise d'Aragon, applaudie dans toute la communauté sorcière du XVIIème siècle pour avoir inventé le sortilège d'amnésie. D'après ses quelques souvenirs qu'il détenait de ce personnage et de la tronche candide que lui renvoyait la petite bonne femme, Leander en conclut qu'elle avait du subir les effets de ses années de recherches. Il salua poliment le tableau et reprit son chemin. Derrière lui, il entendit la petite femme vociférer pour être sure d'être entendue:

"J'ai vu une petite fille complètement perdue!"

Leander haussa les épaules.

« Et moi donc....

N'aurait-elle pas pu lui dire avant? A moins qu'elle ait vraiment totalement perdue la boule. Suivant les indications de la peinture, Leander s'élança dans les couloirs du cinquième étages. Bien évidemment, il n'eut aucun problème à identifier la donzelle et son emplacement. Les hurlements qu'elle poussait, évoquaient à son oreille le vagissement d'un cochon qu'on égorge. Le préfet poussa un soupir agacé. Qu'est-ce qui pouvait bien la faire brailler comme ça. Elle avait vu un fantôme ou quoi? Il remonta ses lunettes élégantes sur son nez et se précipita, baguette au point vers la source de son vacarme. Au détour d'un couloir, il aperçut enfin la gamine, courant à toutes jambes vers lui. Et derrière elle se trouvait Peeves.

Encore Peeves. Pour lui aussi c'était la saison des premiers années. Leander poussa un profond soupir et tendit sa baguette en direction de ce foutu ectoplasme. De sa main libre il attrapa par le col la gamine pour l'empêcher de se perdre de nouveaux dans les couloirs de l'école. Son visage fin tendu en direction du spectre grimaçant, il put admirer avec déplaisir le rictus de celui-ci augmenter.

"Crewe ! De nouveau à perdre ton temps dans les couloirs ? Une petite douche pour te détendre.
-Abruti - marmonna Leander - Tarentallegra!"

La plupart des sortilèges et enchantements n'avaient aucun effet sur les spectres et les fantômes. Encore moins contre les esprits frappeurs. Mais certains, comme celui de la danse endiablée compensaient cette peine. Dès que les mots du jeune sorcier eurent atteint le corps translucide de Peeves celui-ci se mit à danser au milieu du couloirs une ravissante petite polka.

"Je n'aurais jamais pensé que tu puisses danser aussi bien Peeves.
- Tu vas me le payer préfaillon de mes...."

Lander haussa les épaules de nouveau et se tourna vers la petite fille. Il remit distraitement sa baguette dans sa cape de sorcier.

"Un tableau m'a dit que tu avais l'air perdue. Je te raccompagne dans la Grande Salle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]   Mer 15 Mai - 18:54

Lilith était si concentrée sur sa courses et son poursuivant, qui n'était apparemment pas décidé à abandonner la partie avant qu'elle se soit prise une nouvelle douche, qu'elle ne vit pas immédiatement le jeune homme qui se présenta devant elle. Ce n'est que lorsqu'elle arriva à quelques pas de lui que sa silhouette découpée au milieu du couloir attira son regard. Elle sursauta si fort qu'elle failli glisser sur le long tapis qui recouvrait le plancher du couloir.
Heureusement, le nouveau venu semblait posséder de très bon réflexes. Il l'attrapa aussitôt par le col de sa robe de sorcière et lui évita ainsi la chute. Avant que Lilith ai pu réagir ou même s'inquiéter pour son poursuivant qui à présent ne pouvait que la rattraper, le jeune homme qui l'avait saisi fermement sorti sa baguette et la pointa sur l'esprit frappeur. Celui ci caqueta de manière grossière et lança :

"Crewe ! De nouveau à perdre ton temps dans les couloirs ? Une petite douche pour te détendre.
-Abruti, répondit le concerné, Tarentallegra!" 

Lilith jeta aussitôt un regard dans son dos pour voir ce que cet étrange sort inconnu avait eu comme effet. Elle eut la surprise de voir alors Peeves se lancer dans une danse endiablé et néanmoins très élégante. Hésitant entre le rire et la surprise la plus totale, Lilith resta immobile et interdite, observant chacun des geste de l'esprit frappeur, les yeux écarquillés.

"Je n'aurais jamais pensé que tu puisses danser aussi bien Peeves. commenta le sorcier responsable du sortilège.
- Tu vas me le payer préfaillon de mes...."

Lilith ne comprit pas exactement le dernier mot mais elle devina qu'il devait être très vulgaire. Néanmoins le « préfaillon » en question n'eut pas l'air de s'en formaliser et se contenta de hausser les épaules avant de se tourner vers la rescapée de la trempette, replaçant sa baguette dans sa cape d'un mouvement agile.
La petite albinos se sentie aussitôt intimidée, comme elle l'était souvent devant les inconnus plus grands qu'elle. Le fait qu'ici le jeune homme venait de la sauver du facétieux esprit frappeur avec un sort parfaitement maitrisé y était aussi pour quelque chose.

"Un tableau m'a dit que tu avais l'air perdue. Je te raccompagne dans la Grande Salle ?" lui demanda aimablement le garçon.

Malgré son malaise certain, Lilith ne détourna pas les yeux, plongeant ses yeux d'argent dans ceux intensément bleus de son interlocuteur, de ce regard insondable et curieux dont elle avait le secret et qui dérangeait parfois les gens.
Il lui fallut quelques secondes pour répondre. Quelques secondes pendant lesquelles elle parcouru l'océan des iris du dénommé « Crewe », comme si elle cherchait à jauger quelque chose dont elle seule voyait l'importance.
Puis, elle hocha doucement la tête de haut en bas.

« Je me suis encore perdue monsieur... Je voulais juste aller à la salle commune des poufsouffles... Je n'ai pas très faim. Merci pour votre aide. »

Elle soutint encore un instant le regard du jeune homme, non pas par insolence, mais d'un regard s'étant empli de curiosité. Le choc de la poursuite et le trouble face à l'impressionnant inconnu un peu dissipés, elle se posait désormais plein de questions, notamment sur ce sort qu'il avait utilisé. Tarentallera... Tarentallaré... Lilith ne l'avait pas très bien entendu. Mais faire danser les fantômes voilà qui serait vraiment drôle.
Se rappelant soudain qu'elle était toujours trempée de la premier douchée, la petite albinos détourna enfin les yeux et fouilla empressement dans sa sacoche, sans même s'occuper de ses vêtements.
Elle en sorti son violon d'acajou et le fit tourner entre ses mains avec autant de délicatesse que s'il avait été en cristal. L'objet avait quelque peu prit l'eau et l'inquiétude se lu sur le visage de sa propriétaire. Elle sorti rapidement sa propre baguette, bien plus petite que celle de son sauveur et la pointa sur l'instrument. Elle prit une inspiration, comme si elle prenait le temps de réfléchir, puis prononça doucement :

« Impervius... »

L'objet émit alors un peu de vapeur et une partie de l'humidité qui le recouvrait disparue. Lilith inspecta de nouveau l'objet et poussa un petit soupir de soulagement. Il n'était pas complètement sec mais c'était déjà mieux. Et puis elle ne maitrisait de toute façon pas assez ce sort pour faire mieux.
Elle le garda à la main pour éviter de le remettre dans sa sacoche mouillée et adressa de nouveau son regard au jeune homme. Elle semblait le questionner du regard tant ses iris gris le fixaient avec insistance.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leander Crewe
Le préfet qu'il vous faut

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 01/05/2013
Année / Emploi : 7ème année
Composition de la baguette : Sapin et licorne
Animal de compagnie : Flaireur (Ingrid)


MessageSujet: Re: Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]   Mar 28 Mai - 15:02

Lilith mit un petit temps à répondre, de toutes évidences un peu effrayée. Leander lui laissa le temps de se remettre de ses émotions, non sans un léger agacement. Il en avait assez que, malgré tous ces efforts, on adopte toujours cette même réaction avec lui. Yeux écarquillés, bouche tremblotante, immobilité corporelle, comme des lapins devant les phares d'une voiture. Avait-il à ce point l'air d'une machine motorisée ? Finalement, elle se décida à répondre, lui annonçant qu'elle cherchait la salle des Poufsouffles. Au quatrième étage, bien sur. Comme il était stupide, lui aussi entrait dans la volière par les cachots! Encore une gamine qui se moquait de lui. Que fichait-elle dans les couloirs pour lui mentir comme ça? Les cours étaient terminés depuis longtemps, elle n'avait pas pu tourner dans ces mêmes couloirs pendant deux heures. Certes elle était en première année, mais à ce niveau, il fallait être con comme un troll pour errer de cette manière. Mais ça ne valait pas la peine de s'énerver. Leander ajusta ses lunettes rouges et ironisa.

"Mais bien sur."

Pendant ce temps Lilith le regardait droit dans les yeux comme si elle essayait de le sonder. Leander soutient ces prunelles immenses et innocentes, mais au bout d'un moment l'observation absolument exaltant, il se redressa. Cette insistance ne le mettait pas vraiment mal à l'aise, ça l'agaçait un peu. Il n'avait jamais vraiment pu supporter les enfants, cela venait sans doute de leurs manières grossières et naïves en même temps, qui avaient le don de lui donner des envies de gifles.

"Tu peux m'appeler Crewe ou Leander." Commenta le préfet, réagissant à ce monsieur, peu flatteur pour quelqu'un d'à peine 17 ans.
"Ou sinon tu peux l'appeler...
-La ferme Peeves. Maintenant ou je te laisse danser jusqu'à ce que quelqu'un te libère."

Et ça m'étonnerait que quelqu'un le fasse, songea Leander. Sur ce l'esprit frappeur se remit à danser de plus belle, gigotant dans tous les sens avec un mélange de grâce et d'énervement plutôt ravissant. Mais il se tut. Débarrassé pour quelques minutes de l'agaçante créature, il reporta son attention sur la petite Poufsouffle qui faisait sécher son violon à l'aide de sa baguette. Le sortilège qu'elle avait lancé avait tétanisé Leander quand il l'avait entendu. Raté, il aurait pu tout simplement faire bruler l'instrument et le réduire à l'état de cendres. Mais maintenant, que le bois fumait tranquillement, le jeune homme devait reconnaitre que pour une petite fille, elle se débrouillait plutôt bien. Cela ne fait pas un mois qu'elle apprenait la magie et elle était déjà capable de lancer de tels sortilèges. C'était sans doute une sorcière prometteuse. Même si elle mentait comme une arracheuse de dents. Et qu'elle lui lançait des regards de demi-guise. Il lui adressa à elle d'un ton nullement menaçant ou intimidant. Son timbre de voix était grave, mais sans animosité. Il était juste intransigeant. Et il détestait qu'on se moque de lui.

"Bien, tu vas me dire maintenant pourquoi tu te trouvais dans les couloirs de cet étage alors que ta salle commune est au sous-sol ? Et pourquoi avec un violon."

Parce qu'après tout, elle aurait aussi pu prendre une cuillère en bois ou un balais à chiotte. Au moins elle aurait pu prétexter déboucher les toilettes de l'étage. Enfin dans le cas ou elle aurait choisi un balais bien sur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Redwings
Petite violoniste albinos

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/05/2013
Année / Emploi : 1e année
Composition de la baguette : Bois de Pin, ventricule de dragon, 21,5cm, flexible.
Animal de compagnie : Non


MessageSujet: Re: Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]   Mer 29 Mai - 0:47

La réaction de son sauveur fut de remonter ses lunettes sur son nez d'un geste élégant. Puis lorsqu'il parla, ce fut sur un ton ironique qui étonna Lilith.

« Mais bien sûr. »

La petite albinos se sentit immédiatement mal à l'aise sans qu'elle sache trop pourquoi. L'air cynique du jeune homme était du genre à réveiller la culpabilité chez les gens. Il semblait ne pas avoir cru ses affirmations. Pourtant Lilith n'avait pas menti, juste omis la raison de sa présence dans les couloirs à cette heure. Elle ne parlait jamais à personne du fait qu'elle sache jouer du violon. Pourquoi le ferait elle ? On se moquait déjà de ses cheveux et du fait qu'elle passe son temps à lire à la bibliothèque. Inutile de s'attirer les moqueries des autres sur ses capacités de musicienne. Elle se réfugiait donc régulièrement après les cours dans une salle de classe pour jouer une fois sûre d'être seule.
Mais le garçon sembla presque aussitôt changer de sujet.

« Tu peux m'appeler Crewe ou Leander.  » dit il d'une voix presque solennelle.

Lilith l'observa en penchant légèrement la tête sur le coté. Les manières très alambiquées du jeune homme l'étonnait un peu et la rendait curieuse. C'est alors que Peeves reprit sa phrase en imitant grossièrement son timbre de voix :

« Ou sinon tu peux l'appeler...  »

« La ferme Peeves. L'interrompit le garçon avec agacement. Maintenant ou je te laisse danser jusqu'à ce que quelqu'un te libère. »

Le fantôme se lança alors dans une nouvelle danse endiablée comme obéissant à la voix du jeteur de sort. La petite albinos l'observa un instant, fascinée. Ce sortilège était décidément incroyable. Il faudrait qu'elle aille se renseigner dessus à son prochain passage à la bibliothèque. Concentrée sur l'esprit frappeur qui s'agitait en lançant toutes sortes de jurons dont elle ne comprenait pas la moitié, Lilith fut ramenée à la réalité par la voix du dénommé Leander qui avait reprit la parole :

« Bien, tu vas me dire maintenant pourquoi tu te trouvais dans les couloirs de cet étage alors que ta salle commune est au sous-sol ? Et pourquoi avec un violon.  »

Ça y est, il avait posé la question. Lilith qui pensait tout d'abord y échapper se sentie aussitôt extrêmement gênée. Encore une fois, il y avait quelque chose dans le ton et l'attitude du jeune homme qui la mettait mal à l'aise, comme une enfant qui aurait été prise la main dans le sac en train de faire une bêtise. Deux légères tâches rouges firent leur apparition sur le visage de la fillette et celle ci changea du tout au tout dans son attitude, passant de la petite fille curieuse et scrutatrice à une enfant mal à l'aise qui se prit soudain d'un intérêt pour ses bottes. Évidement elle s'était douté que le jeune homme saurait qu'elle ne disait pas toute la vérité. Mais elle parler de ses entrainements de violon « clandestins » ne la tentait pas beaucoup.
Hésitante, elle marmonna d'abord une chose inaudible puis garda le silence quelques instants, les mains derrière le dos sans oser relever les yeux. Lorsqu'elle perdit tout intérêt pour la pointe de sa botte faisant des ronds sur le parquet, et qu'elle sentit par le silence qui s'éternisait qu'elle ne pourrait pas échapper plus longtemps à sa réponse, elle releva enfin la tête. Son regard se planta de nouveau dans les pupilles du jeune homme, avec plus de gène que de curiosité cette fois.
Elle ne savait pas trop encore si elle devait ou nous faire confiance à ce garçon. Il ne paraissait pas agressif ni emprunt de mauvaises intention malgré son ton sans réplique et son air plutôt sec. Et puis il l'avait tout de même tiré des griffes de Peeves. Lilith hésita donc encore quelques secondes puis se décida à répondre enfin :

« D'accord... Je m'étais cachée dans une salle de classe après les cours... Pour jouer du violon. Je me suis perdue en revenant... »

Le fin mot de l'histoire avoué, la fillette se tut. Elle était à présent presque aussi rouge qu'une pivoine, mais elle lança tout de même un regard perçant au jeune homme comme pour le mettre au défi de se moquer.
Se rappelant qu'il s'était présenté, elle ajouta, autant pour masquer sa honte que par politesse :

« Je m'appelle Lilith Redwings. Enchantée de vous connaître. »

« Ou Citrouillarde mouillée pour les intimes ! » caqueta Peeves entre deux pas de danse.

La fillette l'ignora.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Perdue dans les couloir... [PV Leander Crewe]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» NALA CANICHE ABRICOT F 13 ANS PERDUE DANS LE 34
» Perdu dans le désert !
» Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aiguise Méninges :: Poudlard et ses environs ::  -
Sauter vers: