AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Jeu 14 Fév - 23:57

Lundi, 2 septembre.
Minuit huit.

La soirée avait un peu durée e longueur, les quelques Gryffondors présents étaient quasiment tous parti. Seul était resté Adriel. Il était assis encore assis dans le fauteuil, qui était rouge et aux rayures dorés, comme la plupart des meubles de la pièce. En réalité, même le papier peint de la pièce en était fait. Ce qui avait fini par donné une de ces migraines, à force de voir le même papier hideux chaque année. C'était l'un des éléments auquel il croyait être habitué, mais qui pourtant avait la même conséquence chaque année. Ce mélange était beau sur le papier, mais sur la durée...

Une fois tout le monde parti, de sommeil ou pour autres raisons, Adriel put enfin se transformé. Une fois arrivé à Poudlard, il n'avait désiré que ça. Ça lui démangeait depuis tout l'été. Il n'avait pu se transformer que quelques fois, deux ou trois fois tout au plus, et aller courir dans les près, aux alentours de la ferme. Il avait peur que ses parents le prenne mal, bien qu'ils aient accepté le fait que leurs trois fils soit des sorciers.

Le jeune chien, affectueusement nommé Ozzy par tout les Gryffondors – bien qu'originellement, il n'y avait qu'Harmony qui le faisait –, lâcha un bâillement, descendit de la chaise et alla se poser dans un coin, près du feu crépitant, sur le bois chaud. « Ozzy » était un beau chien, plutôt long et grand, ses poils brun-noir mi-long était impeccable. Pas étonnant qu'Harmony ait préféré qu'il reste sous forme chien. Adriel n'a rien contre cette idée. Seul deux problème se pose à lui, dans ces conditions : le premier problème était ses études. Le deuxième, les puces. Adriel ne pouvait supporter les puces. Ses chiens, qui vivent dans la ferme del Lirio-Negro, avaient eu des puces pendant ces grandes vacances. Il n'avait pas pu s'en approcher à moins d'un mètre sans avoir peur d'en avoir à son tours.

Or donc, ce qui fit sortir Adriel de ses pensées fût le bruit d'un élève qui descendit dans la salle commune. Il pensait que tout le monde dormait. Après tout, l'excitation du moment était descendu, seul la crainte de leur horaire, qui selon l'année et la maison pouvait être bon ou mauvais. Adriel se rappelait de son horaire de troisième année qui avait pu paraître surchargé. Il ne savait même pas comment son horaire avait pu être si surchargé.

De ses quatre pattes, le chien se leva et parti voir qui s'était. Et le grand gagnant est...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Lun 18 Fév - 13:48

La première soirée à Poudlard de toute la vie de Christopher prenait fin. Ça avait été une journée plutôt ennuyeuse, si on excepte la matinée au Chemin de Traverse, et le festin dans la Grande Salle, qui s'était d'ailleurs achevée par un déferlement de bombabouses. Christopher était ensuite monté dans la salle qui serait désormais son chez lui, son nid douillet. Il avait sauté dans le dortoir, qu'il partagerait avec quatre camarades, et s'était tout de suite accaparé l'un de ces lits à baldaquin. Déjà, quelques objets par-ci par-là montraient que cette place était bel et bien occupée.
Il commençait à se faire tard, et tandis que ses camarades de dortoir dormaient déjà tranquillement sous leur couette, Christopher lui, se retournait sans arrêt dans son lit. Le garçon ne trouvait pas le sommeil. Il était trop excité par tout ce qu'il avait vécu, et son imagination travaillait formidablement à ce qui allait lui arriver dans le futur. Il revoyait l'incroyable buffet, et le faux ciel magique de la grande salle, parcouru de centaines de bougies. Il n'y avait pas à dire, c'était autre chose que la vieille cantine glauque et défraichie de son école primaire.
Son regard se posa sur un espace entre les rideaux rouges et or, qui le laissait apercevoir un bout de parc et de ciel étoilé. De sa ville natale, il ne voyait que rarement les étoiles. Ici, elles étaient si brillantes que le décor était encore facilement percevable. Sans parler de la Lune. Mais bref, tandis que ses pensées vagabondaient librement, allez savoir pourquoi, il pensa à ses chaussures. Tout à l'heure, dans la salle commune, il les avait retirées, parce qu'il faut le dire, être en chaussettes, c'est quand même plus agréable. Et puis il avait totalement oublié de les récupérer en remontant. Elles devaient sûrement encore traîner quelque part sous un fauteuil. Il haussa les épaules et se dit qu'il les retrouverait le lendemain. Là, il était en pyjama, bien au chaud sous sa couverture. Mais rien à faire, les fameuses tennis qu'il portait la plupart du temps lui hantaient l'esprit. Elles semblaient le narguer, à flotter ainsi devant ses yeux d'une lueur fantomatique. Il poussa un râle discret, repoussa ses couvertures et se leva. La différence de température le fit d'abord frissonner, mais il s'habitua rapidement.
Il descendit l'escalier en se frottant les yeux d'un pas traînant, et arriva dans la salle commune, apparemment vide. Son pyjama gris souris était un peu trop grand, seul le bout de ses doigts dépassaient des manches, et il avait tendance à marcher sur le bas du pantalon. Un peu dans le vague, il n'aperçut pas la forme quadrupède qui le regardait d'un peu plus loin. Il se mit lui aussi à quatre pattes et regarda sous un des canapés, espérant y trouver ses chaussures. C'est alors qu'il entendit un bruit de respiration un peu sifflante, qui le fit sursauter. Il se retourna vivement, et ses yeux croisèrent celui d'un gros chien noir, qui remuait légèrement la queue. Même s'il avait une morphologie plutôt de type molosse, il semblait tout gentil, cet animal là, à le regarder comme ça.
- Hé, salut le chien !
Se remettant de ses émotions, le garçon tendit le bras pour grattouiller la grosse tête poilue derrière les oreilles. Il ne l'avait encore jamais vu. Pourtant, il avait bien passé l'après-midi dans les alentours, et toute la soirée dans la salle commune... Un gros chien comme ça, ça ne passait pas inaperçu, surtout s'il traînait chez les Gryffondor.
- Qu'est-ce que tu fais là ? Je croyais que c'était interdit, les chiens à Poudlard...
Il pensait surtout à voix haute, mais il avait bizarrement l'impression que le chien le comprenait. Bah. Il reprit sa chasse à la chaussure, lançant un coup d’œil rapide à l'animal.
- J'ai oublié mes chaussures, elles doivent être quelque part sous un meuble...
A quatre pattes, les fesses en l'air et la face contre sol, le garçon essayait de voir sous les fauteuils rembourrés, et sa main tapotait sur le tapis. Il toucha un truc gluant.
- Beeuh...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Mar 19 Fév - 18:15

“ I've someone to play with me ! ”

Ce fut un jeune garçon. Yeux et cheveux bruns. Souriant. Il n'avait pas l'air méchant. «  – Hé, salut le Chien ! », pour réponse le chien avait sa langue qui pendait sur le côté, lui donnant un air un peu idiot. Après tout, Adriel, il s'en fichait. Qui irait se moquer d'un chien aussi adorable que lui ? Mais bon. Peut-être qu'Adriel était fait pour rester chien, et non sorcier ? Bah.
« – Qu'est-ce que tu fais là ? » C'était sûr qu'un chien à Poudlard, dans une des tours du château, ça ne passait pas inaperçu... «  Je croyais que c'était interdit les chein, à Poudlard... ». Adriel aurait bien voulu se transformer en humain, et lui dire que c'était le cas. Le garçon aurait été pris d'une peur bleue... ou d'un fou rire inexplicable. Mais dans les deux cas, il poserait trop de questions. C'était le soir, et les idées du jeune espagnol était trop embrouillé que pour réfléchir de manière sensée, et répondre aux questions. D'ailleurs, rien que l'idée de se transformer devant lui aurait suffit à détruire sa couverture, déjà si fragile.
Le chien se demanda ce que pouvait faire le jeune garçon ici. Avait-il peur, là-haut ? Ou alors, était-il venu chercher quelque chose ?

La salle tapissé de rouge et d'or, luisait sous la faible lumière du feu de cheminée. Par les vitres s'écoulaient une douce lumière tenté pâle de la lune. Les étoiles se faufilaient avec elle dans le ciel, semblant donné un spectacle en l'honneur de ces retardataire, de ces spectateurs nocturnes, qui semblent avoir oublié comment rêver. Ces rêves agréables qu'on finissait toujours pas oublié. Ou qui continuaient à nous hanter, tant par leur beauté que leurs horreurs. De quoi était capable les esprits, si un simple événement venait à leur gâcher l'existence ?

Le jeune garçon semblait avoir compris que sous ses airs, Adriel le comprenait parfaitement. Ils auraient presque put se parler, si seulement il n'y avait pas eu le problème « forme ». Ca ne changeait pas grand chose. De toute façon, Adriel n'avait pas envie de parler. Le berger belge fit deux pas vers Christopher. Il lui rappelait un peu son petit frère, qu'il ne voyait presque jamais, tant il tentait d'éviter Adriel. Parce qu'Adriel est quelqu'un d'étrange. Parce qu'être apparenté à lui signifiait l'être aussi. L'espagnol trouvait ça triste de penser aussi connement. Pourquoi toujours en avoir à faire du regard des autres ?

« - J'ai oublié mes chaussures, elles doivent être quelque part sous un meuble... ». Le chien se déplaça entre le mobilier, cherchant la paire. Après tout, un petit service ne faisait pas de mal. N'est-ce pas ?

Au final, le jeune garçon, le brun, le visiteur inattendu, toucha une chose verdâtre et visqueuse. Adriel n'avait aucune idée de ce que c'était. D'où ça pouvait bien venir. Mais une chose est sûr, c'est qu'il ne voulait pas savoir.
Le chien se rapprocha du jeune garçon ; son souffle percutait à présent la peau de l'enfant. La créature se rapprocha, doucement, sans aucune crainte. Et il mordit la manche. Pas fort, mais juste assez pour tirer le garçon vers la direction qu'Adriel voulait. Il le conduisit vers un sceau remplit d'eau, où était posé juste à côté des serviettes. C'était par ailleurs le jeune espagnol qui avait milité pour en avoir un. Ses plaintes étaient telle qu'au final, on finit par en accorder un à chaque maison. Voyez, Adriel savait qu'un ce serait utile.

Laissant le jeune garçon se laver les mains, il partit chercher à nouveau les chaussures, pour son nouveau maître temporaire. Le temps d'une soirée, ça ne faisait pas de mal d'avoir un bon animal de compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Mer 20 Fév - 20:20

Christopher fit la grimace en retirant sa main. La substance inconnue était verdâtre. Il la sentit tout en gardant des distances. Ça avait une odeur que le garçon ne connaissait pas. Ça ne sentait pas très bon, mais ce n'était pas non plus horrible. Sûrement un truc bizarre de sorcier. Il n'eut pas le temps de se questionner plus longtemps, car il sentit le gros chien tirer sur sa manche. Étonnement, il chercha à le guider. Christopher se laissa faire, son habituel sourire sur les lèvres.
- Où est-ce que tu m'emmènes, hein ?

Finalement, l'animal le relâcha devant un sceau d'eau et des serviettes. Le garçon fit de gros yeux. S'il avait été une fille, il aurait sûrement poussé un couinement ravi, accompagné d'un truc du genre "trop mignooooonnnnn !". Mais bon, c'était un mec, et il se contenta de lui caresser à nouveau la tête. Cette bête-là était décidément bien intelligente ! Le lendemain, il questionnerait ses camarades, à savoir à qui il appartenait et pourquoi il traînait là. Mais pour le moment, il plongea sa main dans l'eau et la frictionna avec bonheur. C'était un peu rustique le sceau, mais c'était mieux que rien. C'est vrai qu'après tout, il aurait pu y avoir au moins un lavabo dans la salle commune. Parce que sinon, il fallait descendre jusqu'aux toilettes ou aux salles de bain... La chose sur sa main était plutôt collante, ce n'était pas agréable du tout. Finalement, il s'en débarrassa complètement et se retourna vers le chien, dont il entendait des reniflements depuis tout à l'heure. Il arpentait la pièce, la truffe sous les meubles. Cherchait-il ses chaussures ? Ça alors. C'était drôle.
Christopher en fit de même, et une minute plus tard, il mit la main sur l'une de ces sales petites fugueuses.
- Victoire ! s'écria-t-il en brandissant la tennis noire et blanche à bout de bras.

Il se dit qu'il allait laisser l'animal chercher l'autre. Si du moins c'était ce qu'il cherchait. Il était trop rigolo à regarder, entrain de fouiner comme ça sous les fauteuils, la queue battant l'air de droite à gauche. Christopher s'assit en tailleurs sur l'un des gros fauteuils rouges de la pièce, près de la cheminée, dans laquelle le feu se mourrait. Il encouragea la bête.
- Allez cherche ! Cherche !
C'était sympa, un chien. Le problème, c'est qu'il fallait s'en occuper tout le temps. Voilà pourquoi ses parents n'en avaient pas voulu. Ils avaient eu un chat, une fois, mais c'était tout.
Et effectivement, à un moment, l'animal sembla attraper quelque chose. Lorsqu'il ressorti la gueule de sous une table basse, il avait la deuxième chaussure.
- Bravo toutou !
Il récupéra son bien en donnant une petite tape affectueuse au chien, en guise de remerciement. Bien qu'habituellement, Christopher n'était pas particulièrement attiré par les animaux, celui-là, il était bien trop chouette. Même s'il savait qu'il n'y avait personne d'autre, il regarda autour de lui, au cas où. Pourquoi pas le faire dormir sur son lit. C'était comme une grosse peluche sympa. Il remonta quelques marches en direction de son dortoir, puis appela le chien.
- Allez, viens !
Là, par contre, l'interpellé ne broncha pas. Il se contenta de le fixer. Il avait été si coopératif auparavant, pourtant...
- Ben alors ? Viens !
Il revint vers l'animal et le poussa vers l'escalier. Mais celui-ci résista et poussa ce qui semblait être un cri de protestation. Il s'échappa de la prise de Christopher...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Jeu 21 Fév - 19:56

" Sometimes, I need to be reel, laugh with the life, dance with my friends and love you like my little brother. "

Adriel secoua la tête. Il n'avait jamais apprécié les tapes sur le crâne, aussi affectueuse soit-elles supposé être. Le « Brave toutou », fit mine d'ignorer cette insulte. Lui ? Un vulgaire toutou ? Chien domestique ? Il était libre, monsieur ! Mais le chien lui pardonna cet acte. Après tout, ce n'était qu'un enfant avec un mauvais langage. Ce n'était, pas vraiment... totalement, sa faute.

Le brun récupéra sa chaussure. Adriel pensait qu'il allait monter aller se coucher. Après tout, il était jeune, il était en première, demain il avait cours. Et puis, il était une heure du matin, bon sang ! Il ne pouvait pas rester éveillé toute la nuit, juste pour le bon vouloir d'un gamin. Et puis, il allait bien fatigué à un moment donné ! Et pourtant, Christopher alla se coucher.

Le première année, - car ce ne pouvait qu'être un première année, puisque jusqu'à aujourd'hui, Adriel ne l'avait jamais vu -, l'invita à monter. Ozzy le regarda en baillant. Mentalement, il mit le garçon au défi : « Vas-y. Fais-moi monter. » pensa-t-il. « Comme si tu pouvais m'obliger à te suivre la haut ! »
Adriel pouvait être très gentil. Dans la condition qu'on ne lui donnait pas d'ordre. Et qu'on disait « S'il vous plaît. », parce qu'il aimait la politesse. Alors, un s'il te plaît, et il suivait le jeune garçon. Enfin, non. Il n'avait, de toute façon, aucune envie de monter avec le gamin. Le chien n'avait aucune idée de ce que lui voulait Bishop. Peut-être était-il fou ? Ou bien avec des perversions dans sa tête ? Ou les deux ? Non. Cela aurait étonné Adriel si ce fut réellement le cas. Le gosse ne voulait d'une peluche. Un nounours. Si il était en manque d'affection, il pouvait toujours se reporter sur son pouce. Ne dit-on pas qu'un pouce est le meilleur ami d'homme (désespéré) ? Non ? Et bien tant pis.

Christopher le poussa, et la bête fut si surprise qu'un glapissement s'échappa de sa gueule, à la fois surpris et apeuré. Ce gosse s'était glissé derrière le dos du berger belge, l'air de rien. Ce dernier ne c'était rendu compte de rien. Christopher glissa sur le sol. À pousser quelque chose qui fuit, on finit par tomber.
Ce fut au tours du chien d'être derrière : il avait fait un tours, tout en évitant le garçon. C'est alors que l'espagnol grogna, avant de retourner près du feu, à présent mort.
La température descendait petit à petit, et la pièce était devenu aussi froid que de coutume. La nuit ne faisait pas de pitié. Mais entre les cachots et la tours, Adriel se disait qu'il n'y avait pas mieux : dans le froid, les deux étaient tout aussi horrible.

Le chien se coucha pour réfléchir un peu, tandis que l'enfant se relevait. Sûr, il n'allait pas apprécier. Mais en même temps, s'était sa faute. Que se serait-il passé si Adriel était un vrai chien ? Hein ? Il l'aurais peut-être mordu, et ça aurait-été bien plus grave que ça.
Une fois les idées en place, et surtout un plan pour fuir au gamin, Adriel se rapprocha de lui. Et il fut assis, juste devant le brun. Il attendit que le gosse l'observe bien. Après tout, ce n'était pas donné de voir un si joli chien qu'Adriel. Et puis, un peu d'orgueil ne faisait pas de mal !

Le chien monta l'escalier en premier et attendit la brindille de première année. Aussi petit et maigre qu'il l'était, il devait toujours pensé à 300Km/h, sans pour autant que ce soit de bonne réflexion. Adriel avait toujours été maigre, et petit. Mais étrangement, la plupart des gens le trouvait plutôt mignon. Lui, il ne s'aimait pas. C'était comme ça. Enfin. Un coup il se trouvait bien, un autre il ne pouvait pas supporter son reflet, tant qu'il le trouvât hideux.

Le plan du canidé fut simple : attendre que le gosse s'endorme, sortir du lit, se retransformer en humain et puis se dirigé vers sa chambre. Simple. N'est-ce pas ? ... N'est-ce pas, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Lun 11 Mar - 20:47

Ce chien n'avait décidément pas envie de venir dans le dortoir de Christopher. Avec un air relativement hautain, il alla s'allonger devant la cheminée - ce qui ne servait strictement à rien puisqu'il n'y avait même plus une seule braise rougeoyante dans l'âtre. Juste histoire de bien lui montrer son intention, si ce n'était toujours pas compris. Le garçon cala ses poignets sur ses hanches pencha la tête et fit la moue, déçu.
- Bon... J'ai compris ! Alors bonne nuit !
Il tourna les talons et grimpa une marche, avant d'entendre à nouveau le bruit étouffé des pattes du chien sur le tapis rouge et or de la salle commune. Christopher se figea. L'animal venait vers lui. Mais qu'est-ce qu'il fabriquait ? Il changeait encore d'avis ? Il n'avait pas toute la nuit ! Demain, lui, il devrait se lever tôt pour aller en cours, alors que ce gros machin noir et poilu pouvait flemmarder toute la journée, puisque ses seules préoccupations étaient de manger, dormir, et se faire grattouiller le ventre. Le chien contourna Christopher, se campa trois marches plus haut et le fixa, l’œil brillant de fierté et de malice.
- Tu sais pas ce que tu veux, hein ?
Le jeune garçon regarda l'animal sans broncher, rapprocha sa tête de celle de l'autre, s'attendant à une quelconque qui ne vint pas. Drôle de comportement ! Il avait peut-être simplement envie de jouer, ici et maintenant ? En tout cas, Christopher lui n'en avait pas vraiment envie. Le sommeil commençait à se faire sentir.

Et puis soudain, le chien monta encore d'autres marches et disparut de sa vision. Tiens donc. Il voulait monter, finalement. Christopher poussa un soupir mi-figue mi-raisin, ne sachant pas trop s'il devait être amusé ou exaspéré par ces humeurs changeantes. Bah. Au pire, il n'aurait qu'à le mettre dehors. Il grimpa donc les marches et retomba nez à nez avec le chien. Il semblait l'attendre, tranquillement assis sur son arrière-train sur une des marches en pierre. Christopher bondit alors, le dépassa et grimpa les marches restantes avec un rire étouffé. Le genre de chuchotement pas très discret. Il essaya tant bien que mal de ne pas réveiller ses camarades. Le chien le rattrapa bien vite.
Le gryffondor posa ses chaussures à côté de son lit. Puis il s’emmitoufla à nouveau avec bonheur dans sa couette, qui avait refroidit depuis qu'il l'avait quittée, mais qui ne tarderait pas à regagner sa chaleur corporelle. Il tapota le lit pour faire venir l'espèce de peluche lunatique ambulante.
Lorsque l'animal fut enfin installé, il lui passa un bras autour du cou. Il était tout doux. Il ne savait pas si c'était dû à sa fructueuse chasse à la chaussure, d'avoir pris un peu d'air "frais", le chien lui-même, ou bien les trois à la fois, mais il était calmé.
- Dors bien. Dit-il d'une voix pâteuse à la bête qui prenait quand même pas mal de place sur son lit.
Il ferma les yeux...


[Petit désolé ^^' mais j'espère que ça te va !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Mar 12 Mar - 18:13

" It's not really important "

Le lit fut si confortable. Adriel en hésita presque à rester. Mais il fallait bien bouger ; après tout, il n'allait devenir le toutou des Premières années ! Si ? Adriel tenta se dégager des bras de l'enfant. Non. Trop solidement encré. Faire un enlèvement direct était trop... étouffant. Il en avait de la force, le p'tit.
Adriel compta dans sa tête jusqu'à trois. Et tenta à nouveau de s'extirper. Toujours pas. Le chien tenta une de faire la technique du balancement. Un coup à droit, un coup à gauche. Et il se dégagea enfin de l'étreinte du brun.

Le chien se retint de faire un bruit de soulagement. Assis sur le lit, Adriel vérifia que personne se soit réveillé. Rien. Il bondit délicatement hors du lit, et fit une nouvelle inspection. Il lui sembla que le brun fut éveillé, avant de se rendre compte qu'il dormait, et ne faisait que remuer dans son sommeille agité. Tout en marchant vers la porte, l'espagnol redevint petit à petit humain. Et enfin retransformer, il poussa la porte d'une main, et se retrouva dans le couloir. L'adolescent ferma la porte le plus délicatement possible.

Et maintenant ? Adriel allait faire quoi ? Dormir ? Non. Il n'était pas fatigué. Tant qu'à faire, il n'avait qu'à sortir du dortoir. Une escapade nocturne ? Pourquoi pas ? Marcher, courir dans la forêt interdite peut-être... Après tout. La nuit était grande, elle était belle. Enfant du Jour, fils de la Nuit, Adriel aimait les froides ténèbres qui l'enveloppait lorsqu'il était au dehors, cherchant raison stupide à sa venue.

D'un pas doux, tranquille, il se rendit dans son dortoir, aussi silencieusement que possible. Il regarda son lit qui n'était pas encore défait. Sa valise encore prête. Il prit son manteau. Sa valise était encore parfaitement fermée, bien rangée. Et si... Non. Une idée folle. Mais, depuis si longtemps qu'il y pense. Mais de là à fuir Poudlard dès le premier jour ? Et puis, pour aller où ? Pour y aller comment ? Le comment n'était pas tant le problème, celui qui l'était, fut plutôt le où. Et aussitôt, il se senti tiré des côtés, comme si deux diables tentaient de lui faire prendre deux chemins différents, mais qui resteraient de mauvaises idées. Que faire ?

Il fut sortit de sa transe par un bruit, celui d'une porte que l'on bouge, qui grince. Cherchant à réentendre ce bruit, rien ne se produit. Il avait dû rêver. Ce n'était que son imagination. Il descendit l'escalier de pierre ou de marbre. Adriel ignorait quelle était la matière de cet objet, et franchement, il s'en fichait royalement. Ce n'était sûrement pas maintenant qu'il allait s'en intéresser.

Adriel enfila sa veste, tout en marchant. Il s'arrêta devant cette cheminée si triste. « Mmmmh... ». L'espagnol sortit sa baguette, et la pointa devant le lieu creux « Incendio ! ». Au moins, à son retour, il ne ferait pas froid.

Tant qu'à faire. Il pourrait tout aussi bien illuminé la pièce entière. Mais non. Pourtant, ça aurait pu être drôle. Sans plus de cérémonie, Adriel se retrouva derrière le tableau, il ne manquait plus qu'à le pousser sans réveiller la Grosse Dame...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Sam 23 Mar - 18:02



Déjà à moitié endormi, Christopher ne sentit pas vraiment l'animal remuer sous son bras. Il était dans cet état de demi-sommeil, dans lequel vous entendez encore les sons, mais que vous ne les comprenez plus. Cet état, pendant lequel l'esprit semble loin, très loin, et pourtant on se sent encore présent dans son lit. Lorsqu'il n'y eut plus rien dans son étreinte, il remua pour se positionner plus confortablement, inconsciemment. Son corps était aux commandes. Comme s'ils avaient devinés qu'il se passait quelque chose à nouveau juste devant, ses yeux s'ouvrirent, donnant sur un spectacle effectivement peu commun : un chien qui devenait humain. Son cerveau sembla lui crier au loin, de reprendre ses esprits. Une voix étouffée essayait de le secouer. Et soudain, Christopher se réveilla bel et bien. Il resta immobile dans son lit, clignant des yeux. Quelque chose n'allait pas. Il mit quelques temps à comprendre quoi, à se remémorer la scène qui s'était passée devant lui un instant auparavant. Et puis, tout s'enclencha alors, ce fut presque s'il entendit un déclic. Un chien qui était devenu humain. Un chien. Qui se transforme en humain. Non, ce n'était pas possible... Et pourtant, il en était sûr. Ça ne pouvait pas être un rêve. Ça avait été vague au début, mais plus le temps passait et plus il était sûr et certain que ce n'en était pas un. Qui était cette personne ?

Il sortit de son lit pour la 2e fois, le cœur battant. Et si c'était un cambrioleur ? Non, il écarta rapidement cette pensée. Qui viendrait cambrioler un château comme ça ? Surtout tout en haut d'une tour, alors qu'il y avait tellement plus de pièces... Un autre élève de Gryffondor alors, sûrement. Sur la pointe de pieds, il alla entrebâiller doucement la porte, qui grinça faiblement. Mais dans le silence qui régnait, le son prit des proportions irréelles. Il eut le temps d’apercevoir une ombre de forme humanoïde se retourner vers lui avant de se recacher derrière le panneau de bois. Il ne bougea plus et attendit. Au bout d'un moment, il perçu un son très faible, quelqu'un qui passait dans le couloir et descendit les escaliers.

A son tour, Christopher descendit les escaliers, mut par une curiosité intense. Il passa la tête au coin du mur, juste à temps pour voir la personne allumer un grand feu dans la cheminée d'un coup de baguette. A présent éclairé, le garçon put voir de qui il s'agissait. C'était un autre Gryffondor, qui s'était assis non loin de lui à la table commune, dans la grande salle, dont il ne connaissait pas le nom.
Celui-ci se dirigea alors vers la sortie de la pièce, se rapprochant du tableau de la Grosse Dame. Il eut un flash en voyant sa façon de se déplacer. C'était définitivement la silhouette qu'il avait vu dans son dortoir. Le chien. Il se précipita alors vers lui.
- Toi ! ... C'était toi ! Le chien ! Mais... co... comment... pourquoi ? Comment tu fais ça ?!
Il se figea alors. Il se revit, entrain de câliner un animal... qui n'était autre qu'un type parfaitement inconnu.
- Aarrghhhh !
Il avait voulu dormir avec un mec qu'il ne connaissait pas ! Il se tapa le front à plusieurs reprises à cette pensée. Bon, c'était encore un enfant, ça ne lui paraissait pas aussi bizarre que s'il avait eu 5 ans de plus... Mais c'était tout de même perturbant. Il secoua une main devant lui, comme pour chasser ce souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   Mar 16 Avr - 21:27

"Toujours nié l'évidence. Même lorsqu'on a une tartine sur la face ♥"

En cours. Désolé TTwTT
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au coin du feu { Pv Gryffondors ▬ Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un samedi matin chez les Gryffondors [totalement libre]
» Obama en chute libre ...
» Le bon coin
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aiguise Méninges :: Poudlard et ses environs ::   :: Tour de Gryffondor-
Sauter vers: